Amnesty International s’inquiète du sort d’"El Chapo" en prison

Amnesty International s’inquiète du sort d’"El Chapo" en prison

TRAITEMENT - Inquiète des conditions de détention de Joaquin Guzman, dit "El Chapo", Amnesty International a fait une demande pour pouvoir s'entretenir avec le narcotrafiquant mexicain. Selon les éléments recueillis, l'organisation juge ces conditions "inutilement dures".

Joaquin Guzman, dit "El Chapo", fait de nouveau parler de lui. Inquiète de ses conditions de détention, Amnesty International a fait une demande mardi pour pouvoir s'entretenir avec le narcotrafiquant mexicain. Selon les éléments recueillis, l'organisation juge ces conditions "inutilement dures".

Les avocats de l’ex-parrain de la drogue, actuellement en détention provisoire à Manhattan, avaient déjà alerté le juge chargé de l'affaire de la situation. Le détenu est notamment placé en isolement 23 heures sur 24 heures la semaine et en continu le week-end. Des mesures qui coïncident avec le risque élevé d’évasion de Guzman, qui s’est déjà évadé à deux reprises de prison de haute sécurité.

Des problèmes respiratoires et des maux de gorges signalés

Cependant, les services du procureur fédéral de Brooklyn ont rapidement balayé les doutes en citant l'un de ses avocats mexicains, qui avait déclaré publiquement que le traitement carcéral d'El Chapo était "bien meilleur" aux Etats-Unis qu'au Mexique, où il était emprisonné avant son extradition le 19 janvier. Dans sa lettre au procureur, Amnesty International indique comprendre les mesures de sécurité prises par les autorités, mais estime qu’elles "semblent inutilement dures et contrevenir aux normes internationales pour le traitement humain" des prisonniers.

Par la voix du directeur-adjoint de la recherche d'Amnesty USA, Justin Mazzola, Amnesty International évoque notamment des problèmes respiratoires et des maux de gorge, ainsi que le fait qu'il n'est jamais exposé à la lumière naturelle, selon la lettre consultée jeudi par l'AFP.

Amnesty demande un entretien avec Guzman

L'organisation assure également qu'El Chapo a été dans l’incapacité d’appeler ni voir son épouse depuis son extradition. Elle demande ainsi l'autorisation d'effectuer une visite de son lieu de détention pour observer les conditions d'emprisonnement de Joaquin Guzman, ainsi qu'un entretien avec le prisonnier.

El Chapo est accusé d'avoir dirigé le cartel de Sinaloa, le plus puissant du Mexique, qui a acheminé aux Etats-Unis plusieurs milliers de tonnes de drogue colombienne, sur une période de près de 25 ans. Les enquêteurs américains estiment à 14 milliards de dollars les revenus dégagés par ces activités.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.