Andorre adopte un tarif minimum du tabac pour éviter le trafic de cigarettes

International

TRAFIC - Le parlement andorran a adopté dans la nuit de vendredi 15 à samedi 16 février, un texte fixant un tarif minimum du tabac destiné à lutter contre le trafic de cigarettes notamment vers la France.

Une loi qui devrait permettre aux débiteurs de tabac français et frontaliers, de souffler un peu. Le parlement andorran a adopté ce week-end, une loi fixant un prix minimum du tabac. Une nouvelle législation qui devrait permettre de lutter contre le trafic de cigarettes, notamment vers la France. 

Selon le porte-parole du gouvernement et ministre des Finances Jordi Cinca, cette nouvelle loi doit permettre de préserver "la compétitivité sans relancer les prix agressifs qui ont conduit à l’augmentation de la contrebande, principalement au Pas de la Case", a-t-il précisé à l'AFP.

Lire aussi

Le gouvernement andorran souhaite ainsi respecter son engagement de limiter le différentiel des prix du tabac par rapport à ceux pratiqués dans l'Union européenne. Ainsi, ce tarif minimum ne pourra être inférieur de plus de 35% au prix français ou espagnol le plus bas, ont décidé les députés andorrans.

Actuellement, les cigarettes faiblement taxées sont approximativement deux fois moins chères en Andorre qu'en France. De plus des tarifs dégressifs sont pratiqués pour les achats en grande quantité. Une pratique très concurrentielle pour les bureaux de tabac français notamment. 

En vidéo

La question du jour : la hausse des taxes sur les cigarettes a-t-elle été répercutée sur le prix de vente ?

Cette nouvelle loi, qui doit être prochainement promulguée, vient compléter le dispositif de lutte contre le trafic de tabac alors que son commerce rapporte 110 millions d'euros par an à ce petit état des Pyrénées de 75.000 habitants. En mars dernier, déjà, le ministre français des Comptes publics, Gérald Darmanin, avait signé à Andorre-la-Vieille une lettre d'intention de coopération bilatérale pour améliorer la lutte contre le trafic de cigarettes. Cet accord s'était traduit notamment par la mise en place d'équipes mixtes de douaniers andorrans et français pour effectuer des contrôles.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter