VIDÉO - Pourquoi tant de migrants tentent la traversée vers le Royaume-Uni

VIDÉO - Pourquoi tant de migrants tentent la traversée vers le Royaume-Uni

LONDON CALLING - Beaucoup de migrants tentent de rallier le Royaume-Uni avant l'arrivée de l'hiver. Pourquoi plébiscitent-ils ce pays en particulier ? Explications.

Les traversées de migrants vers le Royaume-Uni se multiplient ces derniers jours. Rien que mercredi 3 novembre, 853 personnes ont franchi la Manche en 24 heures malgré la dangerosité du périple sur des embarcations sommaires. Douvres, situé du côté britannique de la Manche, est l’une des principales portes d’entrée pour les migrants. "Ce qu'ils font, c'est qu'ils appellent les secours depuis la mer. Ils disent qu'ils sont coincés. Les gardes côtes vont les chercher même en pleine nuit et les amènent jusqu'ici au port", explique Martin, un Britannique qui vient filmer quotidiennement les arrivées des migrants en Angleterre.

Aussitôt arrivés dans le port, ils sont pris en charge par les autorités. Des vêtements chauds leur sont donnés, avant qu'ils soient envoyés à Londres dans un bus, afin d'entamer leurs démarches administratives pour effectuer leur demande d’asile. 

Toute l'info sur

LE WE 20H

Ali est arrivé à Londres il y a six mois. Cet Irakien de 18 ans est logé dans une ancienne caserne. "L’Angleterre, c’est vraiment bien. Ici, les gens sont très sympas. J’ai une chambre pour dormir, j’ai des vêtements et de l’argent", témoigne-t-il au micro de TF1 dans le reportage en tête de cet article. Comme tous les demandeurs d’asile, Ali reçoit l’équivalent de 50 euros par semaine, le temps de l’étude de son dossier, qui peut prendre jusqu’à deux ans. Jusqu'à ce qu'il obtienne le statut de réfugié, il ne pourra en revanche pas travailler légalement dans le pays.

La facilité de trouver un emploi

Medyan, de son côté, a déjà un emploi. Ce réfugié syrien est devenu chef dans un restaurant de Londres. "J’avais de la famille ici et puis je parlais déjà un peu anglais dans mon pays. J’étais avocat là-bas. Du coup, c’était plus simple au niveau de la langue", affirme-t-il. En Grande-Bretagne, le taux de chômage est faible : 5% contre 8% en France. Les réfugiés peuvent donc y trouver un emploi plus facilement. 

Lire aussi

"La grande différence dans le marché du travail entre le Royaume-Uni et la plupart des pays européens, c’est que nous sommes proches de l’esprit américain : c’est facile d’embaucher et de licencier et donc les migrants ont plus de chance de trouver un travail au Royaume-Uni", explique Keith Pilbeam, professeur d’économie internationale à l’université de Londres. Les opportunités de travail sont particulièrement nombreuses dans ce pays en manque de main d’œuvre non qualifiée depuis le Brexit. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Le variant Omicron présente "un risque très élevé" au niveau mondial, selon l'OMS

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.