Angleterre : les photos d"un "patron voyou" au soleil font polémique

Angleterre : les photos d"un "patron voyou" au soleil font polémique

ROYAUME UNI - Des salariés ont appris peu avant Noël la fermeture de leur société d'intérim. Quelques jours plus tard, leur patron a publié des photos de ses vacances à Cancun, au Mexique. Des accusations démenties par ce dernier.

Un Noël sous le soleil de Cancun au Mexique, loin de la grisaille du Kent anglais. Un programme alléchant que s’est offert Mike Waterton, un dirigeant d’entreprise de 43 ans, qui n’a pas hésité à poster des photos de son séjour sur Internet. Des clichés qui passent mal auprès de ses employés. Et pour cause : ceux-ci avaient appris quelques jours auparavant que leur société avait mis la clé sous la porte.

Basé à Tunbridge Wells, une petite ville du Kent, TempNetwork était une société d’intérim. Elle employait 150 personnes jusqu’au 11 décembre dernier. Car ce jour là, les employés découvrent avec stupéfaction que l’entreprise a fermé. Nombreux sont ceux à qui TempNetwork devait cependant payer plusieurs centaines de livres sterling. Quelques jours plus tard, ils ont enfin des nouvelles de leur patron... via une photo le montrant apparemment en train de lire son propre livre dans une piscine. Un autre cliché montre deux cocktails posés sur une table au bord d’une plage. Celle-ci appartiendrait à un hôtel où une chambre peut être facturée jusqu’à environ 1.200 euros la nuit.

"Un homme sans coeur"

Evidemment, en Angleterre, la dolce vita du patron voyou ne passe pas inaperçue. "TempNetwork me doit 600 euros. Ma mère n'a pas non plus été payée. Nous avons travaillé ensemble et nous vivons ensemble, nous n’avons plus d’argent", a ainsi réagi à la presse locale l'un des employés laissés pour compte, Mateusz Matczak, 20 ans. D’autres travailleurs intérimaires, originaires de Pologne, ont également été contraints d’annuler leur retour au pays faute de salaire. "Cet homme est au Mexique alors que tous ses travailleurs n’ont pas reçu leurs salaires. C’est un homme sans coeur, qui ne connaît pas la honte", a témoigné l’un d’entre eux, toujours à la presse locale.

Une responsabilité que Mike Waterton réfute. Sur son blog où ont été publiés les clichés polémiques, le patron a en effet affirmé qu’il ne s’était pas rendu au Mexique et qu’il s’agissait en réalité d’un ami qui s’est pris en photo avec son livre pour en faire la promotion. "En aucune façon, je n’ai cherché à offenser qui que ce soit et je m’excuse si cela est le cas. J’étais au Royaume-Uni à m’occuper de mes affaires", s’est défendu celui qui a "regretté la disparition soudaine et rapide de TempNetwork." Et d’ajouter : Malgré nos meilleures intentions, nous avons été incapables de parvenir à un accord pour sauver l’entreprise. Même avec la perspective de mettre plus de 100 personnes sans emploi juste avant Noël, nos mains étaient attachées." Sans autre explication sur les raisons l'ayant poussé à baisser le rideau.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Euromillions : 100 joueurs vont devenir millionnaires ce vendredi

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour propose une amende pour le port de signes religieux dans l'espace public

Traitement anti-Covid : la pilule Paxlovid de Pfizer autorisée par la Haute Autorité de santé

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 400.000 nouveaux cas en 24 heures

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 21 janvier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.