Après avoir été viré pour ses propos sexistes, James Damore compare le fait d’être un conservateur à Google et "gay dans les années 50"

Après avoir été viré pour ses propos sexistes, James Damore compare le fait d’être un conservateur à Google et "gay dans les années 50"

POLÉMIQUE - L'ex-ingénieur américain James Damore, licencié pour sexisme il y a quelques semaines, s'est confié à Business Insider. Il regrette notamment que "les conservateurs soient obligés de rester dans le placard" à Google, comparant ça au fait d'être "gay dans les années 50". Des déclarations qui ont provoqué un tollé sur la Toile.

Il sort du silence. Quelques semaines après avoir été renvoyé de Google pour des propos jugés sexistes, James Damore s'est expliqué dans les colonnes de Business Insider. Dans une note interne de 3000 mots, cet ingénieur affirmait que "les choix 

et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie en raison de causes biologiques et (donc) ces différences peuvent expliquer pourquoi on n'a pas une représentation égale des femmes dans la tech et (dans les fonctions de) leadership".

Interrogé sur la polémique, James Damore a affirmé que "personne ne devrait se sentir attaqué par ses propos", ajoutant avoir voulu "aider beaucoup de gens qui sont couramment marginalisés à Google". Et d'ajouter : "Les conservateurs - à Google - doivent rester dans le placard et masquer qui ils sont vraiment. Vraiment, c'est comme être gay dans les années 50".

En vidéo

JT WE - Comment le Google français veut concurrencer son grand frère américain

Avez-vous subi des traitements par électrochocs ? Non. Avez-vous été renié par votre famille ? Non. Avez-vous perdu la garde de vos enfants ? Non. Avez-vous été battu ?- Kara Swisher, une internaute

Lire aussi

Des propos qui n'ont pas manqué de faire réagir les internautes. "Avez-vous subi des traitements par électrochocs ? Non. Avez-vous été renié par votre famille ? Non. Avez-vous perdu la garde de vos enfants ? Non. Avez-vous été battu ?", se demande Kara Swisher. "Alan Turing a été condamné à la castration chimique car il était gay dans les années 50", rappelle Matt McDermott. Bethany Black explique de son côté n'avoir jamais su "que Google faisait subir des traitements par électrochocs et des castrations chimiques aux conservateurs". Et d'ironiser : "C'est dingue quand même".

Pour rappel, l'homosexualité était considérée comme une pathologie psychiatrique jusqu'en 1973 aux Etats-Unis et 1992 en France. Jusque dans les années 70, les personnes homosexuelles aux Etats-Unis subissaient des castrations chimiques ou chirurgicales, des thérapies par électrochocs, et même des lobotomies frontales.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

Lire et commenter