Après David Cameron : Boris Johnson jette l'éponge, Theresa May en pole

Après David Cameron : Boris Johnson jette l'éponge, Theresa May en pole
International

BREXIT - L'ex-maire de Londres Boris Johnson, chef de file du camp de la sortie de l'Union européenne, a annoncé jeudi qu'il renonçait à briguer la succession du Premier ministre conservateur David Cameron.

Ce sera sans lui. L'ex-maire de Londres Boris Johnson, chef de file du camp de la sortie de l'Union européenne, a annoncé jeudi qu'il renonçait à briguer la succession du Premier ministre conservateur David Cameron.

BoJo, l'homme qui ne s'imaginait pas gagner

"Après avoir consulté mes collègues et considérant les circonstances au parlement, j'en ai conclu que cette personne ne pouvait pas être moi", a déclaré Boris Johnson lors d'une déclaration devant la presse à Londres. Auparavant, il avait énuméré toutes les tâches qui attendent le futur Premier ministre, dont celle de rassembler les camps pro et anti-UE. "Mon rôle sera d'apporter tout le soutien possible à la prochaine administration conservatrice", a-t-il ajouté.

En menant le camp des "Brexiters" à la victoire, Boris Johnson avait gagné son incroyable pari et faisait office avec la ministre de l'Intérieur Theresa May, de favori pour succéder à David Cameron au 10, Downing Street, même si les accusations d'impréparation pleuvaient sur lui depuis l'annonce des résultats du référendum. Son revirement a achevé d'énerver les anti-Brexit l'accusant d'irresponsabilité, au premier rang desquels l'acteur Ewan McGregor.

EN SAVOIR + >> Notre article sur la colère de McGregor à l'encontre de Johnson

Gove et May favoris

Cinq candidats ont présenté leur candidature pour le poste de Premier ministre, dont Theresa May. Celle qui a reçu le soutien du très puissant – et très conservateur –  Daily Mail , fait figure de candidate du consensus. Eurosceptique, elle a fait campagne pour le "remain" par loyauté pour David Cameron et n'entend pas faire autre chose que respecter le souhait des Britanniques.

Autre candidat à prendre au sérieux, le ministre de la Justice Michael Gove, dont le ralliement au camp du Brexit avait eu l'effet d'un tremblement de terre pour le camp du "remain". Sa candidature a par ailleurs sonné comme un désaveu pour Boris Johnson.

A LIRE AUSSI >>  Brexit – Qui pour succéder à David Cameron ? Boris Johnson grand favori

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter