Après des années de rupture diplomatique, Donald Trump renoue avec Taïwan et énerve la Chine

FAUX PAS - Donald Trump s’est entretenu vendredi par téléphone avec la présidente taïwanaise Tsaï Ing-wen. Une première depuis l’adoption en 1979 du principe de "Chine unique" par les Etats-Unis. Mais cet appel risque de déclencher une crise avec Pékin.

Donald Trump n’est décidément pas prévisible. Alors que de nombreux pays s'inquiètent de sa politique étrangère, il vient de prouver qu’il réservait bien des surprises. Prenant le risque d’une crise majeure avec la Chine, Donald Trump s’est entretenu vendredi 2 décembre au téléphone avec la présidente de Taïwan, Tsaï Ing-wen. 


Il s'agit du premier contact de ce niveau avec Taïwan de la part d'un président américain élu ou en exercice depuis que les Etats-Unis, sous la présidence de Jimmy Carter, ont décidé en 1979 de reconnaître le principe de "Chine unique", rompant ainsi les relations diplomatiques avec Taïwan. 


Taïwan est séparée de la Chine et dotée d'un gouvernement indépendant depuis la fin de la guerre civile en 1949, lorsque l'armée nationaliste du Kuomintang (KMT) s'était réfugiée dans l'île après sa défaite face aux communistes. Mais Pékin considère toujours Taïwan comme faisant partie de son territoire.

Lors de leur conversation, Donald Trump et Tsai Ing-wen se sont chacun leur tour "félicités" de leur élection respective et  "ont pris note des liens étroits en matière économique, politique et de sécurité entre Taïwan et les Etats-Unis", selon un compte-rendu de l'équipe du prochain locataire de la Maison Blanche.


Cet échange téléphonique intervient alors que les relations entre la Chine et Taïwan se sont dégradées cette année avec l'arrivée au pouvoir sur l'île du Parti démocratique progressiste, la formation indépendantiste de Tsaï Ing-wen.

Si les médias chinois se sont bien gardés samedi d'évoquer cet appel, Pékin n'a pas manqué de réagir, via son ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, qui a "protesté solennellement" et parlé d'"une basse manoeuvre manigancée par Taïwan". "Nous avons déjà transmis une protestation solennelle à la partie américaine concernée. Il faut insister sur le fait qu'il n'existe qu'une seule Chine et que Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois", a-t-il indiqué dans un communiqué.


"Cela ne peut tout simplement pas modifier le cadre d'une seule Chine intégré par la communauté internationale (et) je ne pense pas que cela changera la politique adoptée depuis des années par les Etats-Unis", a également déclaré le ministre à la télévision hong-kongaise Phoenix TV. 

Face aux critiques soulevées par sa discussion avec la présidente taïwanaise, Donald Trump n'a pas tardé à réagir. Et comme à son habitude, c'est via son réseau social préféré, Twitter, qu'il s'est expliqué : "La présidente de Taïwan M'A TÉLEPHONÉ aujourd'hui pour me féliciter de ma victoire à la présidence. Merci!". Avant d'ajouter un peu plus tard dans un autre tweet : "Intéressant le fait que les USA vendent des milliards de dollars d'équipement militaire à Taïwan mais (que) je ne devrais pas accepter un appel de félicitations".

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

Thanksgiving : Donald Trump appelle à l'unité

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter