Après s’être comparé à Hitler, le président philippin présente ses excuses aux juifs

DirectLCI
TOLLÉ - Rodrigo Duterte fait machine arrière. Le président philippin a présenté ses excuses à la communauté juive, après avoir fait un parallèle douteux entre l'extermination des juifs par Hitler et sa propre politique face aux drogués.

Il est connu pour son langage outrancier. Rodrigo Duterte n’a encore une fois pas fait dans la dentelle vendredi dernier. Evoquant sa sanglante campagne antidrogue, il a fait un parallèle avec l'extermination de millions de juifs par Hitler


"Hitler a massacré trois millions de juifs. Bon, il y a trois millions de drogués (aux Philippines). Je serais heureux de les massacrer", avait-il annoncé lors d'un discours.  Une sortie qui avait évidemment choqué et provoqué les protestations d'Israël, des  Etats-Unis ou encore du Congrès juif mondial.

Je ne suis pas un des membres racistes de cette RépubliqueRodrigo Duterte, président philippin

Depuis, le président philippin a présenté ses excuses, à de multiples reprises. Ce mardi, il s’est ainsi rendu dans une synagogue de la ville de Makati où il a souhaité s’exprimer "avec le cœur" : il reconnaît avoir eu "terriblement tort". "Je ne suis pas un des membres racistes de cette République", a-t-il affirmé. 

Son "caractère" expliquerait sa maladresse. Dimanche dernier déjà, il expliquait avoir voulu répondre aux critiques qui le comparaient au chef nazi allemand. "Il n'a jamais été dans mes intentions (de blesser) mais le problème est  que l'on m'a critiqué en me comparant à Hitler". S’il s’excuse auprès de la population juive, il réitère tout de même sa volonté de tuer "trois millions de drogués."

3300 personnes tuées dans le pays depuis sa prise de fonctions

L'avocat populiste de 71 ans a remporté la présidentielle en mai par un raz-de-marée à l'issue d'une campagne dominée par sa promesse d'éradiquer le trafic de drogue en liquidant des dizaines de milliers de personnes. 


Depuis son investiture le 30 juin, plus de 3300 personnes ont perdu la vie, l'immense majorité tuée par des civils encouragés par la rhétorique incendiaire du président les appelant à faire justice eux-mêmes. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter