La Maison Blanche retire son accréditation à un journaliste de CNN après un échange très tendu avec Trump

La Maison Blanche retire son accréditation à un journaliste de CNN après un échange très tendu avec Trump

"OUT" - Quelques heures après un échange particulièrement vif en conférence de presse entre Donald Trump et Jim Acosta, un journaliste de la chaîne CNN, au sujet de l'immigration et de la Russie, la Maison Blanche a suspendu mercredi l'accréditation du reporter.

Les relations - déjà très froides - entre Donald Trump et la presse américaine ont connu un nouvel épisode peu glorieux ce mercredi. Au lendemain de la publication des résultats des élections de mi-mandat, un journaliste s'est en effet vu retirer son accréditation à la Maison Blanche suite à un échange très vif et particulièrement tendu avec le président américain quelques heures auparavant au cours d'une conférence de presse.

Toute l'info sur

Midterms, un succès pour Donald Trump ?

Vidéo à l'appui, Jim Acosta a expliqué mercredi soir que l'accès à la Maison Blanche venait de lui être refusé.  "Je viens juste de me faire refuser l'entrée à la Maison Blanche. Secret Service (qui assure la protection du président des USA, ndlr) m'a informé que je ne pouvais pas entrer." Via un tweet, Sarah Sanders, la porte-parole de l'exécutif américain, a justifié cette décision : "Le Président Trump croit en une presse libre. Nous ne tolérerons cependant jamais qu'un reporter pose sa main sur une jeune femme essayant simplement de faire son travail de stagiaire à la Maison Blanche."

La scène évoquée par Sarah Sanders remontait à quelques heures plus tôt. Au cours d'une conférence de presse organisée à la Maison Blanche, le ton est monté entre Jim Acosta et le président des Etats-Unis lorsque le journaliste a souhaité revenir sur un clip de campagne de Donald Trump dans lequel la marche des migrants d'Amérique centrale vers les USA était comparée à une "invasion".

S'emportant, Trump a rapidement souhaité mettre fin à la discussion. "Vous devriez me laisser diriger le pays, vous vous occupez de CNN. C'est assez !" C'est alors que le président américain a demandé à ce que le journaliste lâche son micro, une employée de la Maison Blanche se précipitant dans le même temps sur le reporter de CNN pour lui prendre des mains. A ce moment-là, Jim Acosta ne semble pas alors "poser sa main sur (la) jeune femme", comme l'affirme Sarah Sanders.

Lire aussi

Jim Acosta a tout de même réussi à interpeller Donald Trump sur un autre sujet, l'enquête russe. Le président américain s'est alors une fois encore emporté : "Je ne suis inquiet de rien en ce qui concerne l'enquête russe, parce que c'est un canular, c'est assez, reposez le micro. CNN devrait avoir honte de vous employer. Vous êtes une personne grossière et terrible, vous ne devriez pas travailler pour CNN."

Mercredi soir, après l'annonce de la suspension de l'accréditation de Jim Acosta, la presse présidentielle a dénoncé la décision de la Maison Blanche. "Révoquer l'accès au complexe de la Maison Blanche est une réaction disproportionnée par rapport à l'infraction présumée, et est inacceptable", a déclaré dans un communiqué Olivier Knox, qui dirige l'association des correspondants de la Maison Blanche.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : Éric Zemmour blessé au poignet après avoir été chahuté en début de meeting

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

EN DIRECT - Covid-19 : vers de nouvelles mesures ? Emmanuel Macron préside un Conseil de défense à l'Élysée

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.