Arabie Saoudite : après le fouet, la peine de mort pour Raif Badawi ?

Arabie Saoudite : après le fouet, la peine de mort pour Raif Badawi ?

DirectLCI
DROITS DE L’HOMME – Le blogueur saoudien, déjà condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans de prison, pourrait désormais être condamné à la peine de mort. C’est l’information recueillie par son épouse, qui redoute un procès pour apostasie.

Le 9 janvier dernier, Raif Badawi subissait 50 coups de fouets sur la place de la mosquée à Jeddah. Un châtiment qui était censé se répéter chaque semaine pour ce blogueur saoudien, condamné en novembre pour "insulte envers l’islam". Sauf que depuis cette première séance, les autorités n’ont cessé de reporter l’exécution de sa peine. Une lueur d’espoir avant une amnistie ? Il n’en serait rien. Selon sa femme, Raif risquerait désormais la peine de mort.

"Une source officielle m’a assuré que Raif pourrait être condamné à la peine de mort, une nouvelle fois pour apostasie", nous a annoncé Ensaf Haidar. Depuis le Canada où elle s’est réfugiée avec ses trois enfants , l’épouse de Raif Badawi tente de mobiliser la communauté internationale pour faire pression sur l’Arabie Saoudite. Un pays où la Cour criminelle envisagerait donc de franchir un nouveau seuil dans l’horreur : les juges du tribunal voudraient en effet un nouveau procès pour apostasie, un crime qui consiste à un renoncement public d'une doctrine ou d'une religion.

LIRE AUSSI >> "Je ne perds pas espoir" : l’appel émouvant de la femme de Raif Badawi

"Condamné à mort par des fanatiques"

Un crime qui menace le blogueur depuis plusieurs mois. En 2013, un juge avait en effet déjà essayé de le poursuivre pour apostasie... avant que le tribunal ne statue en faveur de Raif, assurant qu'il était bien musulman. Deux ans plus tard, ce juge - qui l’avait déjà condamné à la flagellation et à 10 ans de prison - tiendrait sa revanche : une réforme du 19 septembre dernier lui permettrait d’avoir le dernier mot en la matière.

"Nous appelons la communauté internationale et les pouvoirs publics pour que Raif ne soit pas condamné à mort par des fanatiques. Et et nous réitérons notre appel à sa Majesté le roi Salman pour gracier Raif Badawi et lui permettre de rejoindre le Canada pour retrouver sa famille", ont témoigné ses proche s. Pour rappel, l'Arabie saoudite avait rejoint la marche du 11 janvier à Paris au nom de la liberté d'expression.

EN SAVOIR + >> Qui est Raif Badawi, le blogueur saoudien condamné à 1000 coups de fouet ?
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter