Arabie Saoudite : les femmes peuvent désormais sortir du pays sans la permission d'un homme

International

DROITS HUMAINS - Les autorités d'Arabie saoudite ont commencé à appliquer mardi la réforme permettant aux femmes d'obtenir un passeport et de voyager à l'étranger sans la permission d'un "gardien masculin".

Une avancée vers l'égalité en Arabie Saoudite. Les autorités ont commencé mardi à appliquer la réforme annoncée début août permettant aux femmes d'obtenir un passeport et de voyager à l'étranger sans la permission d'un "gardien masculin". Ce système assimile les femmes à des mineures toute leur vie durant en les soumettant à l'autorité arbitraire de leur mari, père ou autres parents masculins. Cette réforme intervient alors que plusieurs affaires d'évasions à l'étranger de jeunes Saoudiennes se déclarant victimes de violences de la part de leurs "gardiens" ont défrayé la chronique ces derniers mois.

Autres changements qui, sans le démanteler, affaiblissent le système de "gardien" obligatoire pour les femmes : les Saoudiennes peuvent désormais déclarer officiellement une naissance, un mariage ou un divorce, et être titulaires de l'autorité parentale sur leurs enfants mineurs, des prérogatives jusqu'ici réservées aux hommes. 

Lire aussi

Série de mesures de libéralisation

Ces réformes s'inscrivent dans la série de mesures de libéralisation du prince héritier Mohammed ben Salmane, homme fort du royaume ultraconservateur, qui tente par ailleurs d'en moderniser l'économie, dépendante des hydrocarbures. La plus emblématique des réformes a été celle permettant aux femmes de conduire une voiture depuis juin 2018. Les femmes ont également été autorisées récemment à assister à des matches de football et à accéder à des emplois autrefois réservés aux hommes.

En vidéo

ARCHIVES - Arabie Saoudite : les femmes conduire depuis 2018

Ces réformes sont toutefois insuffisantes pour les détracteurs du régime, qui soulignent que le système de "gardien masculin" est encore loin d'être aboli. En outre, l'Arabie saoudite est critiquée pour son comportement en matière de droits humains, notamment pour le procès contre onze militantes s'étant élevées publiquement contre ce système. Elles sont poursuivies pour des contacts avec des médias étrangers, des diplomates et des organisations de défense des droits humains et affirment avoir été torturées et harcelées sexuellement pendant leur détention.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter