Trump admet que le journaliste Jamal Khashoggi "semble bien" mort et promet de "très graves" conséquences

International
DISPARITION – Alors qu’il se montrait plus mesuré ces derniers jours, Donald Trump a estimé jeudi 18 octobre que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi était vraisemblablement mort. De quoi accentuer la pression sur Ryad.

Tout porte à croire que Jamal Khashoggi est décédé. Pour mémoire, ce journaliste saoudien est porté disparu depuis sa visite au consulat saoudien d’Istanbul le 2 octobre dernier. Dans la foulée, les médias turcs et américains ont dévoilé des détails sordides sur son assassinat présumé. De son côté, Donald Trump se montrait moins catégorique. Jusqu’à ce jeudi où il a admis pour la première fois que le journaliste, très critique à l’égard du prince Mohammed Ben Salmane, était selon toute vraisemblance mort. "Cela me semble bien être le cas. C'est très triste", a déploré le président Trump. "C'est mauvais, très mauvais", a-t-il ajouté, promettant de "très graves" conséquences à l’Arabie Saoudite si l’enquête finissait par démontrer sa responsabilité. 

Un sursis pour l'allié saoudien

Des déclarations qui tranchent avec celles de ces derniers jours. Le président américain avait en effet rappelé que les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite avaient de nombreux intérêts en commun, évoquant la lutte contre le terrorisme, la nécessité de lutter contre l’Iran et les contrats d’armements. 


Washington a toutefois accordé un délai supplémentaire à la monarchie saoudienne. "Nous devons leur donner quelques jours de plus pour mener à bien (les  investigations) afin que nous ayons une bonne compréhension des faits", a souligné le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo après un déplacement à Ryad. D’après le New York Times, l'Arabie Saoudite aurait déjà trouvé un bouc émissaire en la personne du général Ahmed Assiri, un proche de "MBS". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter