Arabie Saoudite : un "mur" anti-djihadistes pour se protéger de Daech

International

ANTITERRORISME - Le royaume wahhabite a débuté la construction d'une barrière de protection de 900 km à sa frontière avec l'Irak. Objectif : empêcher l'intrusion de djihadistes de l'Etat islamique.

"Nous leur tirerons dessus directement, sans sommation". La mise en garde, ce lundi, du général Mohammed al-Ghamdi est sans appel : chaque intrus qui osera désormais mettre un pied sur le sol saoudien à la frontière avec l’Irak sera abattu. En cause, une attaque qui a eu lieu le 5 janvier, au cours de laquelle trois militaires ont été tués. Un incident qui devrait conforter l’Arabie Saoudite dans sa volonté d’ériger un "mur" sur 900 kilomètres entre les deux pays pour repousser l'assaillant Daech. 

Ce projet avait été lancé en septembre dernier. L'Arabie saoudite avait en effet inauguré la première phase d'une barrière de protection et d'un système de surveillance électronique. En clair ? Des tours de surveillance, des fossés. Mais aussi des caméras infrarouge et une cinquantaine de radars, capables de déceler des mouvements de piétons à 18 kilomètres de distance et des mouvements de camions et d'hélicoptères à 36 kilomètres.

Empêcher l'Etat islamique d’étendre son "califat"

Certains journaux occidentaux ont parlé du "Mur" d'Arabie. Son but ? Empêcher l'Etat islamique d’étendre les frontières de son "califat". Celui-ci ne serait en effet accompli que le jour où les djihadistes atteindront l’Arabie Saoudite et ses lieux saints de La Mecque et Médine.

Sous ses airs pharaoniques, le projet saoudien n’est pas une première. Difficile de ne pas penser au "mur" construit par Israël en Cisjordanie, qui doit atteindre à terme environ 712 kilomètres. A ce jour, les deux tiers sont déjà achevés. Egalement controversée, la clôture qui sépare les Etats-Unis du Mexique, longue de 1.300 kilomètres.

EN SAVOIR + >> Daech, Boko Haram, Aqmi, Aqpa : Qui est qui ? On vous explique tout

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter