Arrestation spectaculaire d'un opposant : que cherche vraiment Loukachenko ?

Arrestation spectaculaire d'un opposant : que cherche vraiment Loukachenko ?

ENTRETIEN - Certaines figures de l'opposition biélorusse redoutent que Roman Protassevitch ne risque la peine de mort, après son arrestation spectaculaire à la suite du détournement de son avion. Pour l'historienne Galia Ackerman, un tel verdict serait surprenant, et l'objectif d'Alexandre Loukachenko est peut-être déjà atteint.

Alors que son avion venait d'être dérouté pour Minsk, l'opposant Roman Protassevitch, visiblement inquiet, avait annoncé à ses voisins de vol : "je risque la peine de mort". Une crainte partagée notamment par la principale figure de l'opposition biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa, depuis que le jeune homme a été placé sur la liste des "individus impliqués dans des actions terroristes". Pour l'historienne Galia Ackerman, spécialiste de l'espace post-soviétique interviewée par LCI, l'accusation n'ira sans doute pas jusque-là, mais l'essentiel est ailleurs.

Toute l'info sur

Biélorussie : l'arrestation spectaculaire de l'opposant Roman Protassevitch

Roman Protassevitch risque-t-il vraiment la peine de mort ?

Galia Ackerman : On ne sait pas comment, à la suite des interrogatoires, les accusations contre lui seront formulées, quels articles du Code pénal seront invoqués. Il était accusé de divers forfaits lors de l'émission de son mandat d'arrêt, depuis l'incitation au désordre public jusqu'à la mise en danger d'autrui. Ces chefs d'inculpation pourraient en effet lui valoir de 3 à 15 ans de prison. Mais a priori pas la peine de mort. 

Il y a toujours une possibilité, mais il faudrait pour cela que ces atteintes à la sûreté de l'État soient considérées comme un acte terroriste. Ce qui effectivement pourrait être puni de mort, puisque la Biélorussie applique la peine capitale, le dernier pays à le faire en Europe. Cependant, les dernières condamnations à mort concernaient des crimes crapuleux particulièrement cruels, elles n'ont jamais visé des opposants politiques.

Le régime a d'autres procédures. La répression des manifestations en 2020 a fait plusieurs morts, et si la police a tiré à balles réelles, c'est qu'elle a reçu l’autorisation. Il faut aussi rappeler que dans les années 2000, Loukachenko a fait physiquement liquider plusieurs opposants, sans s'embarrasser de procès. Ces personnes ont disparu, et n'ont jamais été retrouvées, on parlait même à l’époque d'un escadron de la mort. Éliminer l'opposition n'a rien de nouveau pour Loukachenko. Mais dans le passé, on pouvait compter sur les doigts ceux qui osaient s’élever contre lui. Maintenant, la contestation est beaucoup plus massive que dans le passé, et il applique ses méthodes cruelles même sur simples manifestants.

Roman Protassevitch, lui, a été recherché pendant deux ans, il avait émigré dès 2019 justement à cause des poursuites engagées contre lui. Il a aussi démissionné de son poste de rédacteur en chef du canal d'opposition Nexta. Au moment de son arrestation, il n’était plus qu’un simple blogueur. Lui appliquer la peine de mort sachant cela, pourrait vraiment générer un soulèvement populaire, qui bien sûr n’est pas dans l'intérêt du régime. 

En même temps, les évènements s'accélèrent, et à chaque fois il y a une nouvelle aggravation de ce qu'on pouvait imaginer. Ce qui vient de se produire, le détournement d'un avion de ligne, était justement inimaginable. Et on ne sait pas quelle sera l’atmosphère au moment de son jugement. Mais si lui était condamné à mort, des dizaines d’opposants pourraient l'être à leur tour, comme le furent à l'époque stalinienne les "ennemis du peuple". Pour l’instant je n'y crois pas, mais pour un jeune homme de son âge, 15 ans de prison, c’est déjà énorme !

Il est difficile de supposer que le grand frère, le camarade Poutine, n'ait pas été averti d'une telle manœuvre-

Tous les yeux se tournent vers Moscou, à juste titre ?

Il y a quelques années, on disait que la Biélorussie était comme un terrain expérimental pour Moscou, et que les expériences réussies en matière répressive étaient ensuite transférées et adaptées en Russie. Ce que dit aujourd'hui une certaine presse russe, qui s'en vante d'ailleurs, c'est que les Biélorusses n'auraient pas pu mener à bien une telle action sans l'aide des services russes. Ils n'auraient sans doute pas eu tous les renseignements à temps, quel vol allait prendre Roman Protassevitch et sa compagne, par exemple. 

Et puis, ils ont quand même envoyé dans le ciel des avions militaires aux frontières d'un pays qui est membre de l'OTAN, la Lituanie. Il est difficile de supposer que le grand frère, le camarade Poutine, n'ait pas été averti d'une telle manœuvre. Les services secrets des deux pays collaborent de façon intense depuis longtemps. Ça peut paraitre fou qu’on fasse un tel effort pour capturer un seul opposant qui, en plus, n'était pas le plus actif ces derniers temps. Je crois que c'est une manœuvre d'intimidation parce qu'énormément de Biélorusses se sont enfuis et vivent aujourd'hui en Pologne ou en Lituanie. En fait, toutes les têtes de l'opposition vivent maintenant à l'étranger, et tous ceux qui sont restés en Biélorussie sont derrière les barreaux, tout simplement. Vous imaginez l’effet d'une telle opération sur ces gens qui se pensaient en sécurité à l’étranger ? On leur a prouvé qu’en utilisant de grands moyens, on peut les capturer.

Lire aussi

Ce sont eux les vrais destinataires du message ?

Oui, c'était destiné à des dirigeants de l'opposition, comme Svetlana Tikhanovskaïa par exemple : elle voyage beaucoup, elle prend l'avion très souvent... Qu'est ce qui lui garantit maintenant, que ça ne se reproduira pas avec elle ? 

Il y a eu dans l'urgence une interdiction pour les avions biélorusses d'entrer dans l'espace aérien européen, et réciproquement une recommandation très forte aux avions européens, d'éviter l'espace aérien biélorusse. Mais il n'est pas si certain que tous les pays obéissent, et d'ailleurs pour cela il faudrait des accords bilatéraux. 

Et de toute façon on n’est pas obligé d’utiliser l'avion, quelqu'un qui peut être kidnappé dans un train, à côté de sa maison, ou dans un pays étranger. Je pense que c'est bien un message avec un grand M, destiné à dissuader l'opposition biélorusse.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal : la fleur faite aux non-vaccinés

Covid-19 : 525.527 cas positifs en 24 heures, nouveau record de contaminations en France

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 20 janvier

Covid-19 : la nouvelle hausse des contaminations en France provoquée par le BA.2, un sous-variant d'Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : le pass vaccinal entrera en vigueur lundi, confirme Jean Castex

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.