Arrestations, cavales... puis extradition ? Les cinq dates de la folle histoire criminelle d’El Chapo

Arrestations, cavales... puis extradition ? Les cinq dates de la folle histoire criminelle d’El Chapo

EX-FUGITIF – Le Mexique a autorisé jeudi l’extradition vers les Etats-Unis du baron de la drogue Joaquin "El Chapo" Guzman. Arrêté après une rocambolesque évasion et la cavale qui a suivi, il est notamment poursuivi pour meurtres et trafic de stupéfiants. Retour en cinq dates sur la folle histoire de l’un des plus grands criminels au monde.

Petite main du trafic de drogue au Mexique à ses débuts, il a fini par en être le patron. Si Joaquin "El Chapo" Guzman, considéré comme l’un des plus importants narcotrafiquants de l’histoire, a toujours su se sortir de ses galères, il semble cette fois s’être heurté à un mur. 

Emprisonné dans un quartier de haute sécurité à Ciudad Juarez, dans le nord du pays, il pourrait bien être prochainement extradé vers les Etats-Unis, qui le réclament pour meurtres et trafic de stupéfiants. Une extradition qui est aussi ardemment voulue par les autorités mexicaines, lassées des nombreux camouflets infligés par "El Chapo".

Car, malgré des arrestations et des séjours en prison à répétition, le baron de la drogue leur a invariablement montré son "talent" pour les évasions. Retour en cinq dates sur la "carrière" de celui qui est aussi surnommé "The last godfather" ("le dernier parrain"). 

Lire aussi

    "EL CHAPO" EN 5 DATES CLÉS

    19 janvier 2001 : première évasion et hypermédiatisation

    Considéré comme le "roi" de l’héroïne depuis la fin des années 80, le parrain du cartel de Sinaloa – du nom de la région éponyme où il est né, a grandi et s’est formé – s’évade pour la première fois de sa vie. C’est la prison de haute sécurité près de Guadalajara, dans le nord, qui sera le théâtre de ce fait d’arme à l’origine du mythe d’"El Chapo" ("Le Courtaud", en allusion à sa petite taille). 

     

    Grâce à de nombreux complices, dont le directeur de la prison et plusieurs gardiens, tous arrosés d’argent (2,5 millions de dollars ont été utilisés pour l’évasion), Joaquin Guzman parvient à s’échapper, dans un panier à linge sale, de l’établissement où il est enfermé depuis 1993 et une arrestation au Guatemala.

    22 février 2014 : arrêté pour la seconde fois au firmament de sa "carrière" criminelle

    Après treize ans de cavale, "El Chapo" est arrêté dans la station balnéaire mexicaine de Mazatlan, à l'issue d'une filature de plusieurs jours par les forces de sécurité. Classé à la 67e place du Top 100 des personnalités les plus influentes par le magazine Forbes en 2013, il est alors vu comme le délinquant le plus puissant au monde. Sa fortune est estimée à plus d’un milliard de dollars.   

    Preuve de son importance aux yeux des autorités : sa tête était mise à prix 2,3 millions de dollars par le Mexique et 5 millions par les Etats-Unis.

    12 juillet 2015 : une évasion rocambolesque digne d’un film hollywoodien

    À nouveau, "El Chapo" fait un pied de nez aux autorités mexicaines. Pour la seconde fois en quatorze ans, le baron du cartel de Sinaloa s’évade de prison. Vu pour la dernière fois dans sa cellule le 11 juillet au soir par les gardiens de l’établissement pénitentiaire d’Altiplano, il réussit à s’enfuir dans la nuit en passant par un tunnel large de 50 cm et long de plus de 1500 m, creusé sous sa douche (voir vidéo ci-dessous). 

    En vidéo

    VIDÉO - Les images de l'évasion d'El Chapo

    Spécialiste des souterrains, Guzman en a usé tout au long de sa vie. Pour acheminer la drogue aux Etats-Unis ou échapper à la police. C'est le criminel "le plus intelligent et avec la meilleure capacité de réaction" qu'ait eu à affronter la justice, disait de lui l’ancien procureur mexicain José Luis Santiago Vasconcelos. 

    Lire aussi

      8 janvier 2016 : rencontre avec Sean Penn avant une nouvelle (et dernière ?) arrestation

      "Mission accomplie : nous l'avons eu. Je veux informer les Mexicains que Joaquin Guzman Loera a été arrêté". C’est par ce tweet posté dans la matinée du 8 janvier que le président mexicain Enrique Peña Nieto annonce l’interpellation d’"El Chapo", en cavale depuis six mois. Ce dernier a été arrêté quelques heures plus tôt près de Los Mochis, dans son fief de l'Etat de Sinaloa.

      Lire aussi

        Le lendemain, le magazine Rolling Stone publie une interview du narcotrafiquant donnée trois mois auparavant à l’acteur et réalisateur américain Sean Penn. Un entretien dont les autorités mexicaines étaient au courant depuis une autre entrevue avec l’actrice mexicaine de télénovela Kate Del Castillo. Ces deux entretiens leur ont d'ailleurs permis de se mettre sur la piste d’"El Chapo". 

        Lire aussi

          20 octobre 2016 : la justice autorise son extradition

          Un juge mexicain rejette l'appel d’"El Chapo" contre son extradition vers les Etats-Unis. Le tribunal de Mexico étudiait son cas depuis le 26 septembre dernier après avoir reçu l’aval du ministère des Affaires étrangères pour le lancement de la procédure en mai dernier. Son avocat a déjà prévu de saisir la Cour suprême pour suspendre la procédure. 

          Mais les autorités mexicaines semblent déterminées. Le criminel sentirait-il le vent tourner ? Un autre de ses avocats a récemment fait savoir que  l'état de santé du narcotrafiquant s'était détérioré : "Il est très mal, il est isolé. Il a perdu beaucoup de cheveux (...). Il vit dans un stress physique permanent."

          En vidéo

          VIDÉO - Mexique : à l'occasion d'Halloween, le masque d'El Chapo fait fureur !

          En vidéo

          VIDÉO - La chemise d’El Chapo fait un tabac au Texas

          Sur le même sujet

          Les articles les plus lus

          EN DIRECT - Covid-19 : la France a rapatrié plus de 20.000 personnes bloquées au Maroc

          Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

          "Je ne suis plus le journaliste, l'écrivain, je suis candidat", affirme Eric Zemmour sur TF1

          VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

          Zemmour candidat : plusieurs médias et personnalités dénoncent l'utilisation d'images sans autorisation

          Lire et commenter
          LE SAVIEZ-VOUS ?

          Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

          Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.