Assassinat de l'ambassadeur russe : la Turquie interdit toute diffusion d'informations

International

Toute L'info sur

La purge en Turquie

CENSURE - Un tribunal turc a interdit lundi la diffusion d'informations sur l'assassinat de l'ambassadeur russe la semaine dernière à Ankara. La décision court jusqu'à la fin de l'enquête.

Un tribunal turc a interdit lundi 26 décembre toute diffusion d'informations concernant l'assassinat de l'ambassadeur russe Andreï Karlov la semaine dernière à Ankara. L'interdiction reste valable jusqu'à la fin de l'enquête, a rapporté l'agence de presse progouvernementale Anadolu. Elle concerne toutes les images de l'attaque ainsi que toutes les informations relatives à l'enquête, aux suspects, aux victimes et aux témoins.  

Andreï Karlov a été abattu le 19 décembre lors de l'inauguration d'un exposition, par un policier turc de 22 ans. Le tribunal d'Ankara répond ainsi à une requête du procureur général, expliquant que la diffusion de ces informations pourrait porter préjudice tant à l'enquête qu'à la sécurité nationale, poursuit l'agence.

Lire aussi

Le tueur lié à Gülen selon la Turquie

S'il n'a pas été précisé pourquoi cette interdiction survient une semaine après la mort de Karlov, elle fait toutefois suite à la publication lundi d'une longue interview de la soeur de l'assassin par le quotidien Hürriyet. La jeune femme y expliquait que son frère, Mevlüt Mert Altintas, avait subi un "lavage de cerveau" lors de son passage à l'école de police.

Après la mort de l'ambassadeur russe, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait rapidement associé l'assassin au réseau du prédicateur musulman Fethullah Gülen. C'est également lui qu'il accuse d'avoir fomenté le coup d'Etat manqué du 15 juillet. Anadolu précise effectivement que selon les premiers résultats de l'enquête, Atlintas est lié à Feto, le nom donné par le régime au réseau de Gülen. Une accusation tempérée par la Russie, pour qui il est encore trop tôt pour tirer ce type de conclusions. 

Ce genre d'interdiction n'est pas une nouveauté : la Turquie les impose régulièrement après des attentats, invoquant à chaque fois la défense de la sécurité nationale.

Lire aussi

En vidéo

Turquie : les images de l'assassinat de l'ambassadeur russe

Lire et commenter