Assaut donné à Fallouja, cité emblématique de la guerre en Irak

Assaut donné à Fallouja, cité emblématique de la guerre en Irak
International

IRAK – L'armée irakienne a lancé lundi l'assaut sur la ville de Fallouja, aux mains des djihadistes depuis plus de deux ans. Zoom sur une cité emblématique de la guerre en Irak.

Les forces irakiennes ont lancé lundi l'assaut dans la cité de Fallouja, première ville prise par les membres de l'organisation Etat islamique en janvier 2014. L'attaque intervient une semaine après le début de la vaste offensive lancée par les autorités irakiennes pour reprendre ce bastion djihadiste situé à 50 kilomètres à l'ouest de Bagdad, la capitale.

Un terreau fertile pour le développement de l'islamisme radical
Longtemps décrite comme un bastion d'Al-Qaïda, la ville commerçante située sur l'Euphrate abrite de puissantes tribus sunnites. Elle est, à ce titre, également un centre religieux important pour la minorité sunnite du pays, la branche de l'islam dont se réclame l'organisation Etat islamique. La multitude de minarets qui s'élèvent dans la ville lui ont d'ailleurs valu le surnom de "ville des mosquées". Une cité où l'idéologie wahhabite, issue de l'Arabie saoudite et qui a soutenu ces dernières années les mouvances islamistes radicales, a trouvé ses premiers échos en Irak. A ce titre, l'ancien maître de Bagdad, Saddam Hussein, avait en son temps fait emprisonner plusieurs prédicateurs radicaux de Fallouja.

Une ville marquée par l'insurrection
Historiquement, la ville de Fallouja a été le point de départ de rébellions armées. Déjà en 1920, l'assassinat d'un officier britannique déclencha une révolte au niveau national contre la puissance coloniale. Plus récemment, la ville a été le théâtre de violences sanglantes qui ont notamment marqué les forces américaines à partir de l'invasion du pays en 2003. Le 31 mars de cette même année, des insurgés ont attaqué un convoi transportant quatre cadres de la société militaire privée américaine Blackwater. Leurs corps mutilés ont été suspendus à un pont enjambant l'Euphrate et les images ont fait le tour de la toile. Ce pont est depuis connu sous le nom de "Blackwater Bridge". Un an et demi plus tard, les forces américaines livreront, avec 2.000 soldats irakiens, la plus sanglante bataille depuis la guerre du Vietnam lorsque, début novembre 2014, ils attaqueront le bastion des rebelles sunnites où s'est implanté Al-Qaida.

EN SAVOIR +
>>  Irak : 70 djihadistes tués par la coalition contre Daech

► Le point de départ des conquêtes de l'EI
Fin 2013, de nouveaux heurts éclatent dans la ville. Des insurgés qui formeront bientôt l'organisation djihadiste Etat islamique prennent Fallouja en janvier 2014. Depuis, la ville, où vivent toujours quelque 50.000 personnes, est sous le contrôle des djihadistes. La population, qui a vécu ces dernières années de nombreux combats et bombardements, y est en grande difficulté, selon les ONG, manquant de nourriture, d'eau potable et de médicaments. Depuis le lancement de l'offensive menée par les forces loyalistes pour reprendre la ville, il y a une semaine, environ 3.000 personnes ont pu sortir des banlieues "épuisées, effrayées et affamées", mais des milliers d'autres restent bloquées "sans aide ni protection", rapporte le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), qui craint de nouvelles vagues de déplacés du fait des combats.

A LIRE AUSSI 
>>  Syrie : la cité antique de Palmyre de nouveau encerclée par Daech
>> 
Syrie : Alep pleure le pédiatre "resté dans l'enfer" pour sauver les enfants

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent