Londres : une voiture fonce sur le Parlement et blesse trois piétons, la police antiterroriste chargée de l'enquête

International
DirectLCI
ROYAUME-UNI - Ce mardi matin, une voiture a foncé sur les barrières de sécurité devant le Parlement du Royaume-Uni à Londres, a annoncé la police britannique, qui a arrêté le conducteur. L'attaque, qualifiée d'"incident terroriste", a fait trois blessés, dont deux ont été brièvement hospitalisés. Revivez l'évolution de la situation grâce au live que nous lui avons consacré.
Live

PERQUISITIONS


 La police a indiqué  que des perquisitions étaient en cours à trois adresses distinctes, deux à Birmingham et une à Nottingham.

REACTION


Sur Twitter, Donald Trump a réagi avec force : "Ces animaux sont fous et

doivent être traités avec dureté et force !".

LONDRES


La police annonce un début de retour à la normale, avec une levée partielle du cordon de sécurité.

BILAN


Deux personnes ont été hospitalisées, dont une femme "dans un état grave" mais "pas en danger de mort", et un homme qui a déjà pu sortir de l'hôpital, a-t-il ajouté. Une troisième personne a été soignée sur place.

TRUMP


Le président américain a vivement réagi mardi à l'attaque à la voiture-bélier contre des passants devant le Parlement à Londres, en réclamant que l'on traite "ces animaux" avec "intransigeance et dureté".

DÉLITS TERRORISTES


Le conducteur du véhicule, qui approche la trentaine, a été placé en détention dans un commissariat du sud de Londres, indique la Metropolitan Police dans un communiqué.

Le suspect n'a pas encore été identifié et il ne coopère pas avec la police : "Il a été arrêté pour des délits terroristes. Il n'y avait personne d'autre dans le véhicule qui est toujours sur place et qui est en train d'être fouillé. Aucune arme n'a été retrouvée à ce stade".

RÉACTION


Le maire de Londres réagit sur Twitter : "La police a confirmé que l’incident est un acte terroriste. Tous les Londoniens, comme moi, condamnent totalement tous les actes de terrorisme commis dans notre ville."

EN IMAGES


La BBC s'est procurée des images de vidéosurveillance, où on aperçoit le parcours du véhicule.

EN IMAGES


Une vidéo publiée sur Twitter montre les dégâts provoqués par la course de la voiture. On aperçoit de nombreux cyclistes, visiblement heurtés.

REACTION


Neil Basu, commissaire adjoint de Scotland Yard, donne actuellement une conférence de presse : "Le suspect n'est pas coopératif. Je demande à ceux qui auraient des informations de nous contacter. "

Il n'y a pas eu de véhicule de police qui poursuivait le suspect ce matin, contrairement à ce qui a été dit. Il s'agissait d'un acte délibéré dont nous ignorons les motivations.

Je ne pense pas qu'il s'agissait de quelqu'un connu des services antiterroristes."

TEMOIGNAGE


"Ca avait l'air d'être un acte délibéré", a raconté une passante, Ewalina Ochab, interrogée par l'agence britannique Press Association. "Je marchais de l'autre côté de la rue, j'ai entendu du bruit et quelqu'un a crié. Je me suis retournée et j'ai vu une voiture grise roulant très vite près des barrières, peut-être même sur le trottoir", a-t-elle ajouté.  

REACTION


Scotland Yard donne une conférence de presse, assurant que "d'autres personnes pourraient être impliquées. (...) Aucune arme n'a été trouvée sur les lieux, a précisé Scotland Yard dans un communiqué.

TÉMOIGNAGE 


Jason Williams, un témoin interrogé par BBC Radio 4, a raconté ce qu'il a vu : "J'ai aperçu des gens au sol, étendus par terre. Je ne sais pas si ils ont été touchés par la voiture. J'ai vu environ une dizaine de personnes. On m'a dit de fuir, de courir."

VIDEO


Découvrez les images de l'arrestation du suspect, peu après l'intervention des forces de l'ordre.

ENQUETE


La piste terroriste semble désormais être privilégiée à Londres. L'homme arrêté est soupçonné "d'actes terroristes", a déclaré Scotland Yard. L'homme est âgé d'une vingtaine d'années, a précisé la police dans un communiqué.

EN IMAGES

CHRONOLOGIE


La Grande-Bretagne a été frappée l'an dernier par une série d'attentats pour la plupart commis au nom du djihad.


- Septembre 2017 : explosion dans le métro de Londres. Le 15 septembre, un engin artisanal explose dans le métro londonien à la station de Parsons Green, faisant 30 blessés. L'attaque est revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).


- Juin 2017 : attaque devant une mosquée à Londres. Dans la nuit du 18 au 19 juin, un véhicule fonce sur un groupe de fidèles regroupés près de la mosquée de Finsbury Park (nord de Londres), qui venaient en aide à un homme victime d'un malaise. Ce dernier est mort dans l'attaque, qui a fait une dizaine de blessés.


- Juin 2017 : 8 morts à Londres. Dans la soirée du 3 juin, une camionnette fonce sur la foule sur le London Bridge, puis ses trois occupants en sortent armés de couteaux et poignardent des passants dans le Borough Market avant d'être abattus par la police. Bilan: huit morts et une cinquantaine de blessés. L'EI revendique l'attentat.


- Mai 2017 : 22 morts à Manchester. Le 22 mai, un jeune Britannique d'origine libyenne se fait exploser avec une puissante bombe à la sortie d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande à Manchester (nord-ouest de l'Angleterre). 22 personnes sont tuées et 116 blessées. L'attentat est revendiqué par l'EI.


- Mars 2017: 5 morts près de Westminster. Le 22 mars, un homme fonce dans la foule avec son véhicule sur le pont de Westminster avant de poignarder mortellement un policier devant le Parlement. L'attaque, revendiquée par l'EI, fait cinq morts. Son auteur, Khalid Masood, un citoyen britannique converti à l'islam, est abattu par la police

Urgent

Les autorités annoncent que la police anti-terroriste est désormais chargée de l'enquête. "Même si nous gardons l'esprit ouvert, le commandement de la (police métropolitaine) dirige l'enquête sur l'incident de Westmisnter", qui a fait plusieurs blessés mais aucun en danger de mort, a twitté la police.

BILAN


Le Royaume-Uni a été frappé en 2017 par une vague d'attentats, dont quatre revendiqués par le groupe Etat islamique, qui ont fait au total 36 morts et 200 blessés.

TÉMOIGNAGE


"Je marchais de l'autre côté" de la route, a raconté une passante, Ewalina Ochab, interrogée par l'agence britannique Press Association. "J'ai entendu du bruit et quelqu'un a crié. Je me suis retournée et j'ai vu une voiture grise roulant très vite près des barrières, peut-être même sur le trottoir".  "La personne conduisant le véhicule n'est pas sortie", a-t-elle ajouté. 

Urgent

Selon la police, aucun des blessés ne se trouve en danger de mort.

EN IMAGES

PRECEDENT


S'il ne s'agit pas pour l'heure d'un acte terroriste, ce qu'il s'est passé ce matin rappelle l'attentat perpétré en mars 2017 au même endroit :  un homme avait foncé dans la foule avec son véhicule sur le pont de Westminster, qui enjambe la Tamise face à Big Ben, avant de poignarder mortellement un policier devant le Parlement.


L'attaque fait cinq morts. Son auteur, Khalid Masood, un citoyen britannique de 52 ans converti à l'islam, est abattu par la police. L'attentat est revendiqué par le groupe Etat islamique, mais Scotland Yard déclare ne pas avoir "trouvé de preuve d'une association" avec l'EI.

LONDRES


La station de métro Westminster est temporairement fermée, annoncent les autorités.

VIDEO


La chaîne Skynews diffuse des images qui seraient celles de l'interpellation du suspect.

ENQUETE

Trois personnes ont été blessées mardi 14 août au matin après qu'une voiture a foncé peu après 7h30 sur les barrières de sécurité devant le Parlement du Royaume-Uni à Londres. Le conducteur, un Britannique de 29 ans, seul occupant du véhicule, a été arrêté sur place.


"Nous traitons cela comme un incident terroriste", a déclaré à la presse le chef de l'antiterrorisme, Neil Basu. Le suspect est détenu pour "soupçon d'actes terroristes", et "ne coopère pas". La police antiterroriste, chargée de l'enquête, a procédé en fin d'après-midi à plusieurs perquisitions.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter