Attaque d'un drone, F16 abattu, menaces de représailles... que se passe-t-il entre Israël et l'Iran en Syrie ?

DirectLCI
TENSIONS - Après le survol du territoire israélien par un drone iranien, Israël a lancé un attaque d'envergure contre des positions iraniennes en Syrie. Un regain inédit entre les deux nations au cours duquel un F16 israélien a été abattu. Du jamais vu depuis 30 ans.

Pour la première fois depuis de très longues années, Israël a mené ce samedi une série d'attaques aériennes en Syrie, frappant des cibles militaires syriennes ainsi qu’"iraniennes" et perdant un F-16 au combat. Après des mois de crispations, ces affrontements constituent la plus sérieuse confrontation entre Israel et l'Iran. C'est la première fois que l'armée israélienne dit ouvertement avoir visé des cibles "iraniennes" depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie, où l'Iran, ennemi juré d'Israël, aide militairement le régime de Bachar al-Assad, a indiqué son porte-parole, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus. Voici les faits qui ont conduit à cette escalade.

1. Un drone entre dans l'espace aérien israelien

Ce pic de violence entre les deux ennemis jurés a été provoqué avant l'aube par l'intrusion dans l'espace aérien israélien d'un drone iranien lancé depuis la Syrie, affirme l'armée israélienne. Le commandement conjoint des forces alliées du régime syrien, dont l'Iran et le Hezbollah libanais sont membres, a démenti dans un communiqué toute violation de l'espace aérien israélien. L'Iran a dénoncé les "mensonges" d'Israël, destinés à "couvrir ses crimes dans la région. Les allégations à propos du survol d'un drone iranien sont trop ridicules".

L'armée israélienne affirme avoir les débris du drone. Elle a publié une vidéo de sa destruction, ainsi que celle d'un véhicule en Syrie participant à sa mise en oeuvre. L'engin, suivi par la surveillance israélienne depuis son lancement d'une "base iranienne" proche de Palmyre en Syrie, a été abattu par un hélicoptère Apache au-dessus de la vallée du Jourdain.

2. L'aviation israélienne frappe les positions "iraniennes", un de ses F16 abattu

En représailles, huit appareils israéliens ont attaqué des éléments du système de lancement du drone, selon le lieutenant-colonel Conricus. Ils ont atteint leur cible mais ont essuyé un tir de barrage "massif" de la défense anti-aérienne syrienne. Les pilotes d'un des F16 ont abandonné en vol leur appareil qui s'est écrasé dans la région de la vallée de Jezreel (nord). L'un d'eux est dans un état grave, l'autre est légèrement blessé. C'est la première fois depuis longtemps - 30 ans selon le quotidien  Haaretz- qu'Israël perd un F-16 au combat. 

3. L'armée israélienne lance une deuxième offensive aérienne

L'aviation israélienne a par la suite lancé une seconde vague de raids, une attaque "de grande envergure", frappant 12 objectifs, incluant trois batteries de défense anti-aériennes et quatre cibles "appartenant au dispositif militaire iranien en Syrie". 


L'intrusion du drone constitue "la violation la plus flagrante et la plus grave de la souveraineté israélienne de la part de l'Iran ces dernières années, c'est pourquoi la riposte israélienne est aussi forte", a indiqué le lieutenant-colonel Jonathan Conricus.

4. La Russie appelle au calme

Alliée du régime syrien qu'elle aide militairement, la Russie a appelé samedi toutes les parties à la "retenue" et considéré comme "absolument inacceptable" de mettre en danger la vie de soldats russes présents en Syrie.


Depuis le début de la guerre en Syrie, Israël tente coûte que coûte à ne pas être aspiré dans le conflit tout en frappant ponctuellement des positions militaires du régime syrien ou des convois d'armes à destination du Hezbollah, autre soutien de Bachar al-Assad et allié de l'Iran. Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre. Les relations sont d'autant plus tendues que trois ennemis d'Israël opèrent sur le théâtre syrien: le régime lui-même, le Hezbollah et l'Iran.

   

Ces derniers mois, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a cessé de mettre en garde contre l'expansion de l'Iran dans la région, et de prévenir qu'Israël ne permettrait pas que sa présence en Syrie menace ses intérêts. En janvier à Moscou, il a souligné devant Vladimir Poutine le "danger" de voir l'Iran prendre pied militairement en Syrie. Mardi dernier, il a répété ses mises en garde. "Nous sommes pour la paix, mais nous sommes prêts à tous les scénarios et nous ne conseillons à personne de nous chercher".

En vidéo

La réaction de l'Iran

5. La mise en garde d'Israël

"Israël veut la paix, mais nous continuerons à nous défendre avec détermination contre toute attaque et contre toute tentative de l'Iran de s'ancrer militairement en Syrie ou ailleurs", a estimé en début de soirée le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. "Israël tient l'Iran et ses hôtes syriens pour responsables de l'agression d'aujourd'hui", a ajouté M. Netanyahu. "Nous continuerons à faire tout ce qui sera nécessaire pour défendre notre souveraineté et notre sécurité".

6. Le soutien de Washington

Les Etats-Unis réagissent à leur tour, afin de réitérer leur soutien à Israël. "Les Etats-Unis sont vivement préoccupés par l'escalade de la violence à la frontière d'Israël et soutiennent fermement le droit souverain d'Israël à se défendre", a expliqué le Département d'Etat, dénonçant également "les activités nuisibles de l'Iran dans la région".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter