Attaque de l’hôtel Radisson à Bamako : le personnel d’Air France spécifiquement ciblé ?

Attaque de l’hôtel Radisson à Bamako : le personnel d’Air France spécifiquement ciblé ?

DirectLCI
MALI - Selon la presse anglaise, la prise d’otage survenue vendredi dans l’hôtel Radisson Blu de Bamakao visait particulièrement les douze membres de la compagnie Air France. Ceux-ci avaient pu être évacués en toute sécurité.

Une semaine après les attentats de Paris, la France était-elle la véritable cible des terroristes qui ont attaqué l’hôtel Radisson Blu de Bamako ? A en croire le quotidien britannique The Telegraph , cela pourrait être le cas. Dans le viseur des assaillants, vendredi dernier, selon le journal : l’équipage d’Air France, douze personnes, dont deux pilotes, effectivement présents dans l’hôtel de la capitale malienne au moment de la prise d’otages qui s’est soldée par la mort d’une vingtaine de personnes - les chiffres diffèrent d’une source à l’autre. Attaque revendiquée par le groupe terroriste Al-Mourabitoune, dirigé par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar .

A LIRE AUSSI >> Prise d'otages à Bamako : le point sur l'enquête

L’article du Telegraph s’appuie sur plusieurs témoignages d’employés de l'hôtel affirmant que les terroristes ont demandé à un garde de sécurité, Kasim Haidara, où se trouvait l’équipage d’Air France. L’homme leur aurait alors donné une fausse information. S’apercevant de la supercherie, le commando serait revenu vers lui pour l'abattre

Air France ne commente pas

Pour l’heure, Air France n’a pas commenté les informations selon lesquelles les salariés de la compagnie aérienne aurait été directement visée dans cette attaque. En revanche, vendredi, il a été annoncé assez rapidement que le personnel présent dans l’hôtel avait pu être évacué en toute sécurité.

De manière plus générale, la France fait figure de cible privilégiée au Mali depuis le début de l’opération Serval, lancée en janvier 2013 et qui a permis de déloger les groupes islamistes du nord du pays. Toutefois, dimanche, une source policière malienne indiquait que l’enquête étudiait "plusieurs pistes", sans donner davantage d'indications. Trois jours après cette attaque, plusieurs éléments sont encore flous. Le nombre et l'identité des terroristes restent notamment inconnus.

A LIRE AUSSI
>> Notre dossier complet sur les attentats de Paris

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter