Attaque terroriste d'une mosquée en Norvège : le tireur "avait des positions xénophobes, il voulait semer la terreur"

International
ATTAQUE TERRORISTE - Une personne a été blessée dans une fusillade dans une mosquée de la banlieue d'Oslo, samedi 10 août, et un suspect arrêté. Plus tard dans la soirée, la police a découvert le corps d'une proche de l'assaillant présumé. Cette affaire est traitée "comme une tentative d'attaque terroriste", a indiqué la police dimanche.

Une personne a été blessée dans une fusillade dans une mosquée de la banlieue d'Oslo samedi , et un suspect arrêté après avoir été mis hors d'état de nuire par un des fidèles du lieu de culte.  Le responsable de la mosquée a déclaré à des médias norvégiens que l'assaillant, un homme blanc, était muni de plusieurs armes. Ce dimanche, la police a indiqué que cette attaque était traitée comme une "tentative d'attaque terroriste". "La cartographie que nous avons dressée montre que l'auteur de l'attaque avait des vues extrémistes", a déclaré lors d'une conférence de presse un  responsable de la police d'Oslo, Rune Skjold, à propos du suspect, un jeune  Norvégien. "Il avait des positions xénophobes, il voulait semer la terreur".   


Entendu dans la nuit par les enquêteurs, le suspect a refusé de s'expliquer.

"Il a commencé à tirer autour de lui"

La fusillade a eu lieu dans le centre islamique al-Nour à Baerum, ville de la banlieue d'Oslo. "Portant plusieurs armes sur lui, le suspect a tiré à l'intérieur de la  mosquée où trois fidèles étaient présents. 


"Un des nôtres a été touché par balles par un homme blanc avec un casque et un uniforme", a déclaré de son côté le responsable de la mosquée, Irfan Mushtaq, à un journal local, Budstikka. Il a ensuite précisé à la chaine TV2 que l'homme portait plusieurs armes sur lui. "Un homme de type norvégien avec un fusil à pompe et des pistolets est entré dans la mosquée (...). Il a commencé à tirer autour de lui", a-t-il raconté.

Suspecté d'avoir tué sa demi-soeur

La police a trouvé plusieurs armes dans la mosquée, et une personne qui s'y trouvait est parvenue à maîtriser l'assaillant avant l'arrivée des forces de l'ordre.


Plus tard dans la soirée, non loin de l'attaque, le corps d'une femme, qui entretenait "des liens familiaux" avec l'assaillant, a été retrouvé. "Nous considérons qu'il s'agit d'une mort suspecte", a indiqué la police au cours d'une conférence de presse. La police a indiqué dimanche que la jeune femme découverte morte était la demi-soeur du tireur, fille de sa belle-mère.  Elle est âgée de 17 ans. 

Un message posté avant de passer à l'acte ?

Un message que le suspect aurait posté sur un forum en ligne peu avant de  passer à l'acte évoque une "guerre des races" et rend hommage à l'auteur de  l'attaque contre deux mosquées commise en mars en Nouvelle-Zélande, au cours de  laquelle 51 personnes avaient été tuées.  L'authenticité du message et l'identité de son auteur ne peuvent être  établies avec certitude à ce stade.

   

"Une attaque directe contre les musulmans norvégiens"

Ce nouvel épisode a suscité la peur au sein de la minorité musulmane de  Norvège qui entamait dimanche les célébrations de l'Aïd al-Adha. "L'attaque terroriste à Baerum est le résultat d'une haine durable contre  les musulmans qui a pu se répandre en Norvège sans que les autorités  norvégiennes ne prennent cette évolution au sérieux", a dénoncé le Conseil  islamique de Norvège, organisation-parapluie représentant les musulmans.


La police d'Oslo a renforcé les mesures de sécurité autour des célébrations  dimanche, décrétant notamment que ses patrouilles sortent armées, ce qui n'est  généralement pas le cas.   La fusillade est "une attaque directe contre les musulmans norvégiens",  "contre la liberté de religion" et "contre la Norvège parce que c'était une  attaque visant des Norvégiens ayant des racines dans d'autres pays", a déploré  la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, sur Facebook.


Selon des estimations officielles, la Norvège comptait en 2016 environ  200.000 musulmans, représentant près de 4% de la population totale.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter