Attaques au couteau en Israël : le rôle majeur des réseaux sociaux

International
DECRYPTAGE - La propagation sur les réseaux sociaux de vidéos de Palestiniens poignardant des Israéliens et lançant des pierres sur des soldats joue un rôle majeur dans l'escalade de violences qui bouscule ces jours-ci le Proche-Orient.

Peu après la mort de Diaa Talahmeh, un Palestinien de 21 ans tué par un engin explosif qu'il voulait jeter sur des soldats israéliens, Mohammad Halabi, 19 ans, mettait l'image de son visage sans vie en photo de profil sur sa page Facebook. Avec en légende : "La troisième Intifada a commencé". Quelques jours plus tard, il tuait deux Israéliens à coups de couteau dans la Vieille ville de Jérusalem, avant d'être abattu. Une attaque à son tour très vite relayé sur les réseaux sociaux, où la jeunesse palestinienne se livre à une "intifada 2.0".

Le hashtag "#L’intifada est lancée", en arabe, est sur tous les appels à manifester et les pages Facebook . Il a son logo : un jeune masqué lançant des pierres dans un halo aux couleurs du drapeau palestinien. Le hashtag "#Intifada de Jérusalem" est aussi très populaire et recèle de vidéos des attaques, quasiment en temps réel. Le Jihad islamique a affirmé que Mohammad Halabi était un de ses membres. Peu après, une vidéo portant le logo des Brigades al-Qods, branche armée du Jihad islamique, apparaissait, faisant l'apologie des attentats suicides qui ont semé la terreur en Israël lors de la deuxième Intifada lancée en 2000.

A LIRE AUSSI >> Proche-Orient : vers une troisième Intifada, vraiment ?

Depuis le 3 octobre, 19 attaques

On y voit un jeune homme souriant poser devant une caméra, imitant les messages vidéos enregistrés par les kamikazes avant de telles attaques. Des mains gantées apportent la dernière touche à une ceinture d'explosifs. La vidéo a été vue plus de 40.000 fois. Celle de la mort de Fadi Alloun, 19 ans, abattu après avoir blessé au couteau un passant israélien selon la police - une version contestée par les Palestiniens - a été vue plus de 100.000 fois.

Une propagande qui joue sans doute un rôle dans le bilan de ces deux dernières semaines : depuis le 3 octobre, 19 attaques ou tentatives d'attaques à l'arme blanche ont été perpétrées, dans la quasi-totalité par des Palestiniens hommes ou femmes. Eles ont tué deux Israéliens, et dix agresseurs présumés ont été abattus. L'un des agresseurs blessés à Jérusalem-Est avait seulement 13 ans.

A LIRE AUSSI
>>  Cisjordanie : après de nouvelles attaques, Israël crie à la manipulation
>>  Ramallah : des tireurs israéliens s'infiltrent parmi les lanceurs de pierre et ouvrent le feu

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter