La Nouvelle-Zélande, un pays au taux de criminalité négligeable

International

Toute L'info sur

Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande

SÉCURITÉ - Après l’attaque terroriste qui a fait au moins 49 morts ce vendredi à Christchurch, l'archipel océanien est d'autant plus sous le choc qu'il est réputé pour sa faible criminalité. Dans ce pays, considéré comme le pays le plus sûr au monde après l'Islande, la dernière tuerie de masse remonte à près de trois décennies.

Après l'Islande, l'archipel océanien était jusque là considéré comme le plus sûr au monde. L’attaque terroriste qui a fait au moins 49 morts et 20 blessés graves ce vendredi dans la ville néo-zélandaise de Christchurch, survient en effet dans un pays réputé pour sa faible criminalité.

"Le niveau de criminalité de droit commun reste faible en Nouvelle-Zélande", peut-on notamment lire sur le site France Diplomatie, tandis que l'équivalent belge décrit "un pays sûr, avec un taux de criminalité négligeable" où "le danger lié aux actes de terrorisme est également négligeable". De son côté, le département d’État américain rappelle dans ses conseils aux voyageurs que "l’usage d’armes à feu pour commettre des crimes reste un événement rare", sur ce territoire du Pacifique Sud. Mais à quel point ? 

Lire aussi

La législation sur le port d'armes durcie en 1992

Il faut remonter sur près de trois décennies pour trouver trace d'un massacre tel lorsque, en novembre 1990, David Gray, 33 ans, avait fusillé treize personnes dans le village côtier d'Aramoana, à la suite d'un différend de voisinage. C'est à la suite de cette tuerie de masse, en 1992, que le pays avait durci sa législation sur le port d'armes à feu.

Il y a un an, c'est une tentative échouée d'attentat dirigée contre Elizabeth II en 1981 qui faisait parler d'elle après la publication de documents déclassifiés du Security Intelligence Service (SIS), le renseignement intérieur néo-zélandais. Christopher Lewis, 17 ans, avait tiré un coup de carabine 22 long rifle du cinquième étage d'un immeuble de Dunedin, dans le sud du pays alors que la Reine sortait de sa limousine, en présence de milliers de personnes. La police locale avait à l'époque décidé de garder l'affaire secrète, expliquant la détonation aux badauds par l'explosion d'un pétard.

Seuls 35 meurtres en 2017

En 2017, seuls 35 meurtres ont été recensés dans ce pays de 4,8 millions d’habitants, selon un rapport de la police néo-zélandaise cité par Le Monde, contre 50 en 2016, 48 en 2015 ou 43 en 2014. Si seul un homicide sur dix impliquait l’utilisation d’une arme à feu entre 2007 et 2014, le nombre d’armes à feu en circulation demeure en revanche, important. Selon l’ONG suisse Small Arm Survey, 1,2 million d’armes ont été déclarées en 2017, soit près de 26 armes pour 100 personnes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter