Attentat de Christchurch : un jeune de 18 ans inculpé pour avoir relayé la vidéo du carnage

International
"INCITATION A LA VIOLENCE" - La justice néo-zélandaise a inculpé un jeune de 18 ans pour avoir partagé la vidéo de la tuerie du carnage de Christchurch, où 50 fidèles ont trouvé la mort.

Un internaute condamné pour avoir partagé la vidéo de la tuerie de Christchurch. Un tribunal de la ville où est survenu le carnage en Nouvelle-Zélande, qui a fait 50 morts, a inculpé un jeune homme de 18 ans ce lundi. La justice n'a pas autorisé la publication du nom de cet homme, également  poursuivi pour avoir mis en ligne une photographie de la mosquée al-Nour de Christchurch avec la mention "cible atteinte", et pour incitation à la violence. Chaque chef est passible de 14 années de détention. Le juge a refusé de libérer sous caution le jeune homme, qui demeurera détenu jusqu'à sa prochaine comparution le 8 avril. 


Les enquêteurs ont indiqué que le jeune homme inculpé n'était pour l'heure pas soupçonné d'être directement impliqué dans la tuerie. Mais le juge Stephen O'Driscoll a précisé que tous les détails des poursuites visant le jeune homme étaient également couverts par une "ordonnance  de suppression" ("suppression order"), qui interdit aux médias d'en faire état.

Vendredi 15 mars, un extrémiste de droite a fait un carnage dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch durant la prière du vendredi, tuant 50 fidèles. L'homme, qui se présente comme "fasciste", a été inculpé pour meurtre. L'attentat s'est produit durant la prière du vendredi, une moment important pour les musulmans. Les investigations ont montré que le terroriste avait adressé son manifeste à au moins 70 personnes, 10 minutes avant de tirer sur les fidèles. 

Le tireur présumé prépare sa défense... seul

De son côté, l'extrémiste  australien Brenton Tarrant compte se défendre seul et semble quelqu'un de "rationnel", a déclaré lundi à l'AFP son avocat commis d'office. "Il veut assurer sa propre défense dans cette enquête", a déclaré l'avocat Richard Peters, qui a initialement assisté Brenton Tarrant, inculpé samedi pour meurtre.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter