Attentat du Nouvel An à Istanbul : sur Internet, des hommages et des questions

Attentat du Nouvel An à Istanbul : sur Internet, des hommages et des questions

SOLIDARITÉ - Après l’attentat perpétré dans la nuit du nouvel An à Istanbul, personnalités et anonymes rendent hommage aux 39 victimes, notamment sur les réseaux sociaux. Mais certains s’interrogent aussi sur la faible mobilisation.

Encore. Déjà. Ces deux adverbes illustrent bien la teneur des nombreux messages postés depuis dimanche sur les réseaux sociaux pour rendre hommage aux 39 victimes de l’attentat perpétré par Daech dans la nuit du nouvel An contre le Reina, une boîte de nuit branchée d’Istanbul. Des messages teintés de lassitude et de désarroi alors que 2017 débute sous le même signe que les deux années précédentes, celui du terrorisme. 

Toute l'info sur

Attentat du Nouvel An à Istanbul

Lire aussi

Sur Twitter, c’est notamment via les hashtags #PrayForIstanbul ou #PrayForTurkey que les internautes du monde entier envoyaient leurs pensée et leurs témoignages d’affection, parfois accompagnés de dessins. Anonymes et célébrités - comme l'ancienne Miss France Flora Coquerel par exemple - réutilisait aussi les codes couleurs du tristement célèbre "Je suis Charlie", avec le nom d’Istanbul et du Reina en lettres blanches sur fond noir.

Dirigeants et personnalités politiques réagissent

Comme le chef du gouvernement canadien Justin Trudeau ou son homologue espagnol, nombre de dirigeants mondiaux ont apporté leur soutien au peuple et à leurs homologues turcs. 

Du côté de François Hollande, c'est par un communiqué posté notamment via le compte Twitter officiel de l'Elysée que la condamnation est venue. 

Plusieurs autres personnalités politiques françaises ont elles aussi directement réagi. François Fillon a par exemple condamné "un acte odieux et lâche", tandis que le Premier ministre Bernard Cazeneuve a parlé d'"une attaque barbare".  Son prédécesseur à Matignon Manuel Valls a lui évoqué le "fanatisme" en témoignant de sa solidarité avec "la jeunesse turque et du monde". Tout comme Emmanuel Macron, selon qui "le terrorisme fanatique est une menace pour toutes les nations".

La faible mobilisation pose question

Certains internautes, assez nombreux également, soulignaient toutefois la faible mobilisation et le manque de solidarité virtuelle, comparativement à ce qui a pu se voir après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, à Bruxelles quatre mois plus tard, ou plus récemment suite à l’attaque contre un marché de Noël à Berlin. 

En vidéo

Attentat à Istanbul : le tireur "portait des vêtements différents à l’intérieur"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vladimir Poutine et Antonio Guterres appellent Israéliens et Palestiniens à arrêter les combats

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... quel est le profil du fugitif ?

EN DIRECT - Covid-19 : la vaccination des 12-15 ans lancée aux États-Unis

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Israël sous le choc après la diffusion du lynchage d’un homme en direct à la télévision

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.