Attentat en Tunisie: il se sacrifie pour sauver sa fiancée

International
ATTENTAT - Un Britannique de 30 ans s’est jeté devant sa fiancée pour lui sauver la vie lors de l’attaque qui a coûté la vie à 38 personnes vendredi à Sousse, en Tunisie. La jeune femme, choquée, est saine et sauve. Hospitalisé, lui s’en tire avec des plaies et le bassin cassé.

Il a joué les boucliers humains pour sauver sa bien aimée. Lors de l’attentat perpétré vendredi à Sousse, en Tunisie, un jeune homme de 30 ans s’est sacrifié pour sauver sa fiancée : il s’est jeté devant elle alors que le terroriste mitraillait les touristes sur la plage

Ces Britanniques, Sarah Wilson 26 ans, et Matthew James, 30 ans, étaient en vacances en Tunisie pour deux semaines, sans leurs deux enfants. Le couple se prélassait sur des transats quand a commencé l’attaque - la pire de l’histoire récente du pays - qui a fait 38 morts selon un dernier bilan des autorités tunisiennes samedi. Sarah a raconté l’horreur de la scène au Daily Mirror . "Il y avait un homme avec un fusil qui tirait tout autour", témoigne la jeune femme. "Matthew s’est mis devant moi et a été touché, il a bougé et l’homme lui a de nouveau tiré dessus. Il a essayé de partir une nouvelle fois et s’est encore fait tirer dessus", détaille-t-elle. "Nous étions au sol, à côté des transats pour nous réfugier, mais les tirs se poursuivaient", décrit-elle encore.

"Je lui dois la vie"

Au milieu du chaos, Matthew, blessé, lui ordonne de le laisser pour aller se mettre en sécurité. "J’étais couverte de sang à cause des tirs, mais il m’a juste dit de m’enfuir. Il m’a dit : 'Je t’aime chérie, mais il faut que tu partes. Dis à nos enfants que leur père les aime''. Elle parvient à s’enfuir, et se cache dans l’hôtel jusqu’à la fin de l’attaque. Elle le cherche ensuite partout, panique, interroge les survivants, retourne même les draps sur la plage pour voir si son corps n’est pas caché en dessous. Peu de gens parlent anglais, et Sarah désespère.

C’est alors que, quelque deux heures plus tard, on lui tend alors un téléphone. Au bout du fil, Matthew, hospitalisé. Atteint par trois balles, à l’épaule, au torse, et à la hanche, il a le bassin cassé. Mais il est vivant. "Il a pris une balle pour moi", loue Sarah, reconnaissante envers son héros. "Je lui dois la vie car il s’est jeté devant moi quand la fusillade a commencé. C’est la chose la plus courageuse que j’aie jamais vue."
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter