Attentat en Turquie : deux morts et 9 blessés près du tribunal d'Izmir, un groupe kurde revendique l'attaque

Attentat en Turquie : deux morts et 9 blessés près du tribunal d'Izmir, un groupe kurde revendique l'attaque

TERRORISME - Un groupe radical kurde, les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), ont revendiqué mercredi l'attaque à la voiture piégée survenue jeudi 5 janvier près d'un tribunal dans la ville turque d'Izmir. L'attaque avait fait deux morts : un policier et un employé du tribunal, et 9 blessés.

Un groupe radical kurde, les Faucons de la liberté du Kurdistan (TAK), a revendiqué mercredi l'attentat.

L'explosion a eu lieu près de l'entrée des juges et des procureurs. Les images diffusées à la télévision montraient un nuage de fumée, tandis que des ambulances et des véhicules de police étaient dépêchés sur les lieux. 

Le PKK était soupçonné

Selon des médias locaux, deux "terroristes" auraient été tués par la police après l'explosion. Selon le dernier bilan disponible, on dénombre deux morts : un policier et un employé du tribunal, ainsi qu'une dizaine de personnes blessées. 

Les autorités turques soupçonnaient le PKK d'être à la manoeuvre. "Les premiers éléments indiquent que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est derrière cette attaque", a déclaré le préfet d'Izmir Erol Ayyildiz à la presse

Lire aussi

Cet attentat est le dernier en date d'une série d'attaques qui a endeuillé la Turquie en 2016 et qui ont été soit imputés aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI) soit revendiqués par la rébellion kurde. Il intervient alors que les autorités turques recherchent activement l'auteur du carnage d'Istanbul, qui avait réussi à prendre la fuite après avoir tué 39 personnes et blessé des dizaines d'autres pendant la célébration du Nouvel An dans une boîte de nuit, le Reina. Cette tuerie a été revendiquée par l'EI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

EN DIRECT - À peine président, Joe Biden signe une série de décrets dont le retour dans l'Accord de Paris

EN DIRECT - Feu vert de l'Assemblée nationale à l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin

Vents violents : cinq départements désormais en vigilance orange

Hospitalisations : les chiffres de Santé Publique France diffèrent de ceux des hôpitaux, pourquoi ?

Lire et commenter