Attentat de Christchurch : les Néo-zélandais invités à porter un foulard en soutien à la communauté musulmane

International
DEUIL - Les Néo-zélandais sont invités à porter un foulard ce samedi, en hommage à la communauté musulmane, une semaine après l'attentat terroriste dans deux mosquées qui a fait 50 victimes à Christchurch.

Des Néo-zélandais à l’image de leur dirigeante. Ce mercredi 20 mars, plusieurs appels invitent la population à se coiffer d’un foulard en soutien à la communauté musulmane du pays. Une façon symbolique de rendre hommage aux 50 victimes de l’attentat islamophobe qui a eu lieu dans la matinée du 15 mars.

Une initiative inspirée de la Première ministre

Au lendemain de l’attaque terroriste de Christchurch, la Première ministre du pays, Jacinda Ardern, était allée saluer les proches des victimes vêtue de noir et d’un foulard sur les cheveux. Les images de la femme d'Etat, le visage grave et endolori, enlaçant ces personnes meurtries, avaient fait le tour du monde. Et avaient été unanimement saluées par la presse locale. En début de semaine, le New Zealand Herald s’inclinait devant cette "réponse symbolique", décrivant la dirigeante de 38 ans  - qui a par ailleurs qu'elle ne prononcerait jamais le nom du terroriste d'extrême droite - comme étant de "réconfort et d'acier".

Une semaine après l’attentat terroriste, ce sont donc toutes les femmes, et hommes, du pays qui sont invités à reproduire cet hommage. Deux événements existent sur Facebook, l’un d’eux expliquant que, outre la portée symbolique du geste, celui-ci permettra de redonner confiance aux femmes de la communauté musulmane de la petite ville de Christchurch. Une communauté désormais effrayée à l’idée de marcher dans la rue avec des vêtements religieux. Interrogée par NewsHub, l’une des personnes à l’initiative de événement explique avoir reçu l’aval du Conseil des femmes islamiques, qui salue l'idée.

Ce vendredi, les habitants de la petite île de 5 millions d'habitants sont également invités à observer deux minutes de silence. La Première ministre du pays, qui a été surnommé"l’anti-Trump" par Vogue, a également insisté pour que les musulmans puissent faire leur prière hebdomadaire en toute sérénité, une semaine après l’attentat.  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter