Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande : le "tueur des mosquées" sera jugé en août

Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande : le "tueur des mosquées" sera jugé en août

PROCES - En mars 2019, Brenton Tarrant, un suprémaciste blanc, avait tué 51 personnes lors d’un attentat contre deux mosquées de Christchurch. Son jugement sera remis en août, décalé en raison de la pandémie de coronavirus.

Le jugement de la plus grande tuerie de masse de l'histoire moderne de la Nouvelle-Zélande, qui avait coûté la vie à 51 personnes en mars 2019 dans deux mosquées de Christchurch, sera rendu en août après avoir été décalé en raison de la pandémie de coronavirus, a-t-on appris vendredi 3 juillet auprès du tribunal.

L'accusé, l'Australien Brenton Tarrant, avait longtemps nié les 51 accusations de meurtre, 40 accusations de tentative de meurtre et une autre accusation d'acte terroriste, avant de plaider coupable de tous les chefs d'accusation retenus à son encontre en mars dernier.

Toute l'info sur

Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande

Lire aussi

Jugement prononcé le 24 août

Le pays se trouvait alors en confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, et les victimes et leurs familles ne pouvaient donc pas se rendre au tribunal pour assister au jugement.

Le virus est à présent sous contrôle dans l'île et les mesures sanitaires ont été relâchées, ce qui devrait permettre au jugement d'être prononcé le 24 août, a indiqué le juge de la Haute Cour Cameron Mander. "Nos tribunaux ont repris un fonctionnement normal", a-t-il dit selon des documents judiciaires rendus publics ce vendredi. "Le public et surtout les victimes et leurs familles vivant en Nouvelle-Zélande peuvent assister aux audiences", selon lui.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France s'approche du cap des cinq millions de cas

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Lire et commenter