Attentat de Manchester : Trump accuse des "losers malfaisants"

RÉACTIONS - "Coeur brisé", "attaque épouvantable", "nuit terrible", les politiques du monde entier se sont exprimés sur l'attaque qui a fait au moins 22 morts à la fin d'un concert d'Ariana Grande lundi soir au Manchester Arena.

D'un bout à l'autre de la planète, les réactions n'ont pas tardé après l'attentat qui a fait au moins 22 morts et 59 blessés lundi soir, lors d'un concert d'Ariana Grande, à Manchester. L'explosion, survenue à la fin du show, n'a pas été pour l'heure revendiquée mais la police évoque un attentat suicide. Une nouvelle attaque meurtrière qui suscite de nombreux messages d'indignation et de solidarité.

Donald Trump n'a pas immédiatement réagi après l'attaque. Le président des États-Unis s'est exprimé vers 10 heures du matin mardi, depuis Bethléem, où il doit s'entretenir avec le présidente de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Il a condamné une attaque perpétrée par des "losers malfaisants". Les autorités américaines - le FBI en tête - avaient proposé leur aide immédiatement après l'attaque.   


De l'autre côté du globe, le président russe Vladimir Poutine s'est dit "prêt à développer la coopération antiterroriste" avec la Grande-Bretagne et a présenté "ses sincères condoléances" à Theresa May.

Apportant son soutien et sa solidarité à son homologue de Manchester, le maire de la métropole de Liverpool, Steve Rotheram, a été directement touché par cet incident. En effet, ses deux filles étaient présentes au concert de la chanteuse américaine. "Elles sont en sécurité, mais je crains pour les autres, a tweeté le maire de Liverpool. "Toutes mes pensées vont aux parents qui attendent de savoir si leurs enfants sont en sécurité. C’est le pire cauchemar pour les parents. Très, très triste."

La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a partagé sa tristesse sur Twitter : "Les nouvelles venant de Manchester me brisent le cœur. Mes pensées sont pour tous ceux qui ont perdu des personnes qu’ils aiment ou ceux qui ont été blessés durant cet attentat barbare."

Les réactions politiques britanniques ont afflué, tôt ce mardi. La première ministre conservatrice, Theresa May, a dénoncé dans un communiqué une "attaque terroriste épouvantable". Le maire de la métropole du Grand Manchester, Andy Burnham (Parti travailliste) a tweeté ses condoléances : "Mes pensées vont aux familles qui ont perdu des proches, et mon admiration à nos courageux services d’urgence. Une nuit terrible pour notre grande ville."


Le leader des libéraux-démocrates, Tim Farron, a fait par de "ses condoléances les plus sincères. Comme d'habitude, nos services d'urgence ont fait preuve d'un grand courage", a-t-il déclaré sur Twitter. Le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, a quant à lui exprimé le soutien de la capitale britannique : "Nos pensées vont à tous ceux qui sont morts ou blessés ce soir et à nos courageux services d’urgence."

Le ministère américain de l'Intérieur a fait savoir dans un communiqué qu'il suivait "de près la situation au Manchester Arena" et travaillait avec ses partenaires étrangers pour "obtenir des informations supplémentaires sur la cause de l'explosion".


"Les Canadiens ont appris avec horreur l'attentat survenu à Manchester" et leurs "pensées accompagnent les victimes et leur famille", a quant à lui écrit le Premier ministre Justin Trudeau sur son compte Twitter. Le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale s'est déclaré "profondément inquiet après les attaques brutales au Royaume-Uni" en faisant part de sa solidarité avec les Britanniques

Les maires de Paris et de Nice, deux villes touchées par des attentats, ont aussi exprimé mardi leur solidarité avec les victimes.  "#Paris est cette nuit aux côtés de #Manchester. Mes pensées vont aux victimes, à leurs familles et aux secours qui interviennent sur place", a tweeté en français et en anglais la maire de Paris, Anne Hidalgo. Le 13 novembre 2015, des attaques simultanées à Paris et Saint-Denis avaient fait 130 morts.


Le maire de Nice, Christian Estrosi, a exprimé lui aussi dans un tweet sa "solidarité avec les habitants de #Manchester". "Mes pensées vont aux blessés, aux familles et proches des victimes." Le 14 juillet 2016, un camion a foncé sur la foule réunie sur la Promenade des Anglais, tuant 86 personnes et en blessant 450.


Du côté du gouvernement français, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a exprimé sur Twitter sa "solidarité avec le peuple britannique. Mes premières pensées vont aux victimes et familles endeuillées", et le Premier ministre a pour sa part partagé un communiqué condamnant "le terrorisme le plus lâche", un "crime abominable", après lequel il a adressé sa "tristesse", "la solidarité du peuple français et son amitié indéfectible." Le président Macron a quant à lui adressé ses "pensées" au peuple britannique, aux victimes et à leurs proches".

L'ancien président François Hollande, dont le mandat aura été traversé par nombre d'attaques terroristes (Paris, Charlie Hebdo, Nice...), a lui aussi adressé "tout [son] soutien aux victimes [...] et au peuple britannique".

La chanteuse a quant à elle tweeté quelques heures après le drame, se disant "brisée". Scooter Braun, l'agent de la star américaine, a salué la mémoire des "enfants et proches qui ont été emportés dans cet acte lâche". "Les mots ne peuvent pas exprimer notre chagrin pour les victimes et leur famille", a-t-il ajouté. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat de Manchester

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter