Attentats au Sri Lanka : 321 morts, ce que l'on sait des victimes

International
HORREUR - Le Sri Lanka a été ensanglanté par la série d'attentats la plus meurtrière de son histoire : 321 victimes et plus de 500 blessés selon un bilan toujours provisoire. De nombreuses victimes sont des catholiques qui participaient aux messes de Pâques. Des employés d'hôtel et des touristes figurent également parmi les personnes décédées. Pour l'heure, voici ce que l'on sait.

Ce mardi 23 avril, l'île de 21 millions d'habitants est restée silencieuse durant trois minutes à 08H30 locales (03H00 GMT), heure de la première explosion de bombe de kamikaze deux jours auparavant, à l'église catholique Saint-Antoine de Colombo. Pour le gouvernement, ces attentats meurtriers ne font pas de doute : ils sont l'oeuvre du National Thowheeth Jama'ath (NTJ), un mouvement islamiste local. Ce dimanche de Pâques, des attaques kamikazes coordonnées ont eu lieu à différents endroits du pays. Les cibles ? quatre hôtels de luxe et trois églises célébrant la messe.


Très rapidement, les différents pays ont communiqué sur leurs ressortissants décédés. Le Quai d'Orsay a ouvert une cellule de crise avec un numéro de téléphone. Les autorités srilankaises ont annoncé ce lundi qu'un ressortissant français serait mort dans les attentats. Ce mardi, ils sont revenus sur cette information indiquant qu'il s'agissant d'une "erreur d'identité". Le bilan, lui, s'est encore alourdi : 321 personnes sont mortes et plus de 500 sont blessées, selon les chiffres annoncés par Ruwan Wijewardene, le ministre de la Défense. Voici ce que l'on sait des victimes.

De très nombreux croyants dans les trois églises attaquées et trois policiers

Ils étaient venus célébrer Pâques, dans les églises, comme de nombreux chrétiens. Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, un pays de 21 millions d'habitants où les chrétiens représentent 7% de la population. Les attaques ciblant des lieux de cultes ont eu lieu à l'église Saint-Sébastien à Negombo et dans une autre à Batticaloa, ville située de l'autre côté du Sri Lanka, sur la côte orientale. Une autre église, Saint-Anthony, a aussi été ciblée. Une vidéo prise dans l'une des églises touchées montrait de nombreux corps recroquevillés, le sol jonché de décombres et couvert de sang, les murs grêlés par les éclats. La violence de l'explosion a soufflé des parties du toit, laissant entrevoir le ciel et deviner la puissance de la déflagration.


Un évêque de Saint Sebastien, Mgr JD Anthony a expliqué à CNN qu'en raison de la date, près de 1000 personnes s'étaient rassemblées dans cette église, pour assister à la messe de Pâques. "Nous avons plus de 100 personnes qui ont été tuées sur le coup et tant d'autres blessés. Nous sommes sous le choc", dit-il. Un autre témoin parle d'une "rivière de sang". 


À Orugodawatta, un kamikaze a tué trois policiers en début d'après-midi en se faisant exploser dans un bâtiment de cette banlieue du nord de la capitale Colombo.

Trois employés du Shangri-La de Colombo, des Sri-lankais et des touristes

A Colombo, trois hôtels de luxe en front de mer - le Cinnamon Grand Hotel, le Shangri-La et le Kingsbury - ainsi que l'église Saint-Antoine ont été frappés. Le Shangri-La a indiqué sur Facebook que trois de ses employés avaient trouvé la mort, "dans l'exercice de leurs fonctions".

La ministre des affaires étrangères indiennes, Chowkidar Sushma Swaraj, a indiqué sur Twitter que deux de ses ressortissants avaient été tué. KG Hanumantharayappa, était un homme d'affaires originaire de la ville de Bangalore, dans le sud de l'Inde, et n'était au Sri Lanka que depuis quelques jours. Il fait partie des dix victimes indiennes qui ont pu être identifiées par les autorités. Elles faisaient partie du parti Janata Dal. 

Parmi les autres victimes indiennes que les autorités indiennes ont pu identifier : Lakshmana Gowda Ramesh, K.M. Lakshminarayan, M Rangappa, Narayan Chandrashekhar. La porte parole du Haut commissariat indien au Sri Lanka indique par ailleurs que de très nombreuses personnes ayant la nationalité indienne avaient été blessées. 

Autre victime au Shangri-La, Kaori Takahashi. Une femme japonaise qui déjeunait à l'hôtel en famille. La NHK indique que son mari et son fils ont survécu à l'attaque. La chef de cuisine Shanta Mayadunne, célèbre dans le pays, a également trouvé la mort dans l'attaque de l'hôtel avec sa fille, Nisanga. Comme l'indique ce post Facebook posté par un membre de sa famille. 

Quatre serveurs au Cinnamon Grand Hotel

Dans l'hôtel de luxe Cinnamon Grand, un kamikaze a enclenché sa bombe dans la file de clients attendant de pouvoir entrer pour un buffet de Pâques dans un restaurant de l'établissement. Un porte-parole de la chaîne d'hôtel a indiqué à la BBC que quatre de ses employés étaient morts dans l'explosion. "C'était une journée chargée. C'était dimanche matin, à l'heure du petit déjeuner. Ils étaient serveurs au restaurant Taprobane". La BBC indique qu'ils ont été identifiés comme étant : Shantha, Sanjeewani, Ibrahim et Nisthar. 

Serhan Selcuk Narici et Yigit Ali Cavus, deux ingénieurs turcs

Le lieu de leur mort n'a pas été précisé mais l'agence turque Anadolu indique que deux de ses ressortissants, deux ingénieurs ont trouvé la mort, dans ces attentats. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a confirmé les noms des victimes : Serhan Selcuk Narici et Yigit Ali Cavus. Ils étaient, selon la BBC nouvellement installés au Sri Lanka. L'un d'eux, Serhan Selcuk Narici travaillait en tant qu'ingénieur électrique et avait notamment travaillé dans le bâtiment de l'ambassade américaine à Colombo, a précisé son père.  Yilit Ali Cavus était lui aussi ingénieur. Son père l'a décrit comme un homme "brillant, diplômé avec les honneurs de l'Université technique d'Istanbul et bilingue".

Zayan, huit ans, originaire du Bangladesh

Le petit garçon, Zayan Chowdury était le petit fils d'un homme politique du Bangladesh Sheikh Fazlul Karim Selim, le chef du parti politique au pouvoir de la Ligue Awami et cousin du premier ministre du pays, Cheikh Hasina. Il était en vacances en famille, indique le Dhaka Tribune, le journal local. Son père a été blessé dans l'attaque. Selon un média local cité par le New York Times, la mère et le frère du petit garçon étaient encore dans leur chambre lorsque l'explosion a eu lieu. 

Deux ressortissants australiens et au moins cinq britanniques

Le premier ministre Australien, Scott Morrison a annoncé la mort de deux australiens, lors de ces attaques. Ils faisaient partie de la même famille et étaient installés au Sri Lanka. Aucune indication du lieu où ils se trouvaient n'a été communiquée. 

Par ailleurs, au moins cinq Britanniques ont trouvé la mort. La députée britannique du parti travailliste Tulip Siddiq a tweeté qu'elle avait perdu un membre de sa famille lors des attaques mais ne donnait pas plus de détails.

Ce mardi, la presse britannique évoquent huit personnes décédées. 

Trois enfants d'un milliardaire danois, un Portugais et des Américains

Trois enfants d'une même famille danoise ont également péri. Ils étaient tous trois les enfants d'Anders Holch Povlsen, un milliardaire danois et principal actionnaire de la marque de vêtements Asos. Un porte-parole de la marque Bestseller, Jesper Stubkier a indiqué que l'un des principaux actionnaires du site de vente en ligne, Asos, avait perdu trois de ses enfants lors des attaques perpétrées ce dimanche. "Nous pouvons confirmer qu'Anders Holch Povlsen a perdu trois enfants lors de l'attaque", a déclaré Jesper Stubkier, à CNN.


Un ressortissant portugais, Rui Lucas, un ingénieur électrique en lune de miel au Sri Lanka est pour sa part, mort dans l'attentat du Kingsbury Hotel. Monique Allen, une néerlandaise en vacances a été victime de l'attentat au Cinnamon Grand Hotel. Deux autres néerlandais ont été tués. Deux personnes de nationalité chinoise ont aussi été tués, indique le média d'Etat. Madrid a annoncé la mort de deux Espagnols. L'Arabie saoudite, fait aussi partie des nations touchées, selon le ministère des Affaires étrangères sri-lankais.


Lundi soir, un responsable du département d'Etat américain à l'AFP a confirmé qu'au moins quatre américains ont été tués dans les attentats et plusieurs "grièvement blessés". Parmi les quatre Américains tués figure un technicien "au grand coeur" en mission de travail au Sri Lanka, Dieter Kowalski, a fait savoir son employeur, la société britannique de services éducatifs Pearson. Il devait passer une semaine dans la capitale sri-lankaise pour résoudre des problèmes techniques avec des ingénieurs locaux, avec lesquels il avait lié amitié lors d'une précédente mission, a ajouté John Fallon. Un jeune étudiant de Washington, Kieran Shafritz de Zoysa a été tué lui aussi. Il effectuait une année de césure, au Sri Lanka. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentats contre des églises et des hôtels au Sri Lanka

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter