Attentats en Catalogne : Pau Pérez Villan, la 15e victime des terroristes

Attentats en Catalogne : Pau Pérez Villan, la 15e victime des terroristes
International

Toute L'info sur

Attentats de Barcelone et Cambrils

PORTRAIT - Après quatre jours d'incertitudes, Pau Pérez Villan a finalement été reconnu comme victime de l'attentat de Barcelone. Le jeune homme, que la police suspectait au départ d'appartenir au réseau des terroristes, est décrit comme "un saint" par ses proches.

Son nom a été ajouté lundi à la liste des victimes des attentats de Barcelone et de Cambrils. Pau Pérez Villan, 34 ans, est la quinzième victime du massacre survenu jeudi. Selon l’enquête en cours, cet ingénieur a été tué à l’arme blanche par l’auteur de l’attentat de la Rambla, Younès Abouyaaqoub. Après avoir foncé dans la foule avec sa camionnette, le terroriste l'a poignardé afin de s’emparer de sa voiture et de prendre la fuite en forçant un barrage policier.

Pendant quatre jours, les enquêteurs ont suspecté Pau Pérez Villan, dont le corps a été retrouvé sur la banquette arrière de sa voiture, d’avoir entretenu des liens avec les terroristes. Aujourd’hui, ses proches se disent soulagés. "Malgré la douleur et le fait que cela ne nous le ramènera pas, le fait qu’il soit reconnu comme victime nous soulage", témoignent-ils à El Mundo

Lire aussi

Pau, un homme au grand cœur

Et d'évoquer la grande humanité de Pau. Globe-trotter, il parcourait le monde avec son sac à dos. "Il changeait souvent de travail, il avait la bougeotte, il n'aimait pas la routine", se souvient son ancien colocataire argentin. "C'était un saint, une des meilleures personnes qu'il m'ait été donné de rencontrer." Il avait également participé pendant plusieurs mois à des projets humanitaires, notamment en Haïti après le tremblement de terre de 2010. 

L’ONG avec laquelle il avait travaillé à la reconstruction de l’île lui a d'ailleurs rendu hommage sur Facebook, disant vouloir  "se souvenir d'une personne qui menait sa vie comme un exemple de solidarité", rapporte Le Parisien. Sa cousine, Vanessa, assure qu’il était "revenu d'Haïti sans rien, pas même une valise. Il avait donné tout ce qu'il avait". 

Au-delà des voyages et du partage, l'autre grande passion de Pau était le football. Il avait d'ailleurs joué plusieurs années dans l'équipe de Vilafranca de Penedes, où il vivait toujours avec ses parents. Malgré ses études d'ingénieur, le jeune Espagnol vivait une vie simple, voguant de pays en pays et de boulots en boulots. Il était employé depuis plusieurs années comme contrôleur qualité dans une entreprise sous-traitante de Seat. Son école d'ingénieur a annoncé dans un post Facebook prévoir une cérémonie en son hommage à la rentrée.

La veille de l’attentat, Pau était encore en vacances avec sa cousine, les parents de celle-ci ainsi que sa grand-mère à Benicassim, une station balnéaire proche de Valence. Le retour était prévu jeudi, mais Pau avait pris les devants en rentrant mercredi. Il a dormi à Vilafranca de Penedes. C'est là que ses jours ont pris fin. "Si seulement il était mort avec les autres sur La Rambla, regrette Vanessa, interviewée par El Mundo. Au moins, il aurait eu quelqu'un à ses côtés et on ne l'aurait pas traité comme un terroriste."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent