Symbole des attentats de Bruxelles, l'hôtesse de l'air indienne a été reçue par le roi des Belges

DirectLCI
RETOUR - Sa photo avait fait le tour du monde. Nidhi Chapekar, hôtesse de l'air indienne blessée à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem lors des attentats du 22 mars 2016, est revenue en Belgique et a été reçue lundi par les souverains Philippe et Mathilde.

Le visage ensanglanté, l'uniforme déchiré, le ventre nu et le corps recouvert de cendres : sa photo avait fait le tour du monde. Nidhi Chapekar, hôtesse de l'air indienne blessée à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem lors des attentats du 22 mars 2016 - qui ont fait 32 morts et 320 blessés - est revenue en Belgique et a été reçue lundi par le roi Philippe et la reine Mathilde.


En avril 2016, le couple royal de Belgique avait déjà rendu visite à la femme de 42 ans, qui se trouvait dans un coma artificiel à l'hôpital de Charleroi.  "Un an après les attentats, elle est à nouveau en Belgique et est reçue par les souverains à cette occasion" a annoncé un communiqué du Palais. Vêtue d'un sari traditionnel, Nidhi Chapekar était accompagnée au Palais de Bruxelles par son mari. Elle s'est ensuite entretenu "en toute intimité" avec les souverains, a précisé l'agence Belga.

Hôtesse de Jet Airways au moment des faits, Nidhi Chapekar avait été touchée par une des explosions qui ont eu lieu dans le hall de l'aéroport alors qu'elle s'apprêtait à décoller pour les États-Unis. Grièvement brûlée, cette mère de deux enfants a d'abord été soignée en Belgique avant de regagner l'Inde. Passant 22 jours dans le coma, elle a subi au total "plus de huit opérations", selon l'agence de presse belge. 


Cette photo de Nidhi Chaphekar, assise sur une des chaises de l'aéroport, a été relayée des milliers de fois. Dans une interview accordée à CNN en août, elle expliquait que c'est grâce à ce cliché "qui était partout" que son mari avait appris qu'elle était encore en vie. Elle racontait également avoir été "choquée" la première fois qu'elle a vu cette photo, se demandant si ce "visage en pleine agonie" était bien le sien.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter