Attentats en Catalogne : ce que l'on sait des suspects

ENQUÊTE - Jeudi à Barcelone, un van a foncé sur la foule sur l'allée centrale des Ramblas, fauchant les passants par dizaines et faisant au moins 13 morts et une centaine de blessés. Dans la soirée, l'organisation terroriste Daech a revendiqué l'attaque. Une nouvelle attaque sur le même mode opératoire a été enrayée dans la nuit à 120 km au sud de la capitale catalane, à Cambrils. Quatre suspects ont été arrêtés, "cinq terroristes présumés" ont été abattus par la police alors qu'une personne est encore recherchée.

Jeudi, vers 16h50 heure locale, un van a foncé à toute allure sur la foule sur l'allée centrale des Ramblas, au cœur touristique de Barcelone, fauchant les passants par dizaines et faisant au moins 13 morts et une centaine de blessés. Dans la soirée, l'organisation terroriste Daech a revendiqué l'attaque. Une nouvelle attaque sur le même mode opératoire a été enrayée dans la nuit à 120 km au sud de la capitale catalane, à Cambrils. Les"cinq terroristes présumés" ont été abattus par la police.  Le conducteur de la camionnette qui a fauché jeudi des passants sur les Ramblas de Barcelone n'a toujours pas été identifié par la police.

Quatre suspects arrêtés

Quatre personnes ont été arrêtées, trois Marocains et un Espagnol. Les détenus sont jeunes : 21, 27, 28 et 34 ans. Les trois Marocains ont été arrêtés à Ripoll, petite ville de 10.000 habitants, située à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone, où des perquisitions ont été menées. Parmi eux, un seul suspect, arrêté jeudi, a vu son identité révélée. 


Le quatrième interpellé est un Espagnol, originaire de l'enclave de Melilla en Afrique du nord, considérée comme un des principaux viviers de djihadistes en Espagne. Ce dernier a été arrêté à Alcanar, à 200 km au sud-ouest de Barcelone, là où dans la nuit de mercredi à jeudi, un logement s'était effondré après une explosion qui avait fait un mort et sept blessés.

Cinq "terroristes présumés" abattus

Les cinq "terroristes présumés" abattus l'ont été dans la nuit de jeudi à vendredi, à Cambrils, à 120 km au sud de la capitale catalane, lors du deuxième attentat enrayé par les forces de l'ordre. Ces derniers portaient de fausses ceintures d'explosifs. Ils avaient aussi dans leur voiture une hache et des couteaux, avec lesquels ils ont blessé une personne au visage avant d'être abattus. Cette femme a succombé à ses blessures. 


Trois véhicules loués par les assaillants ont par ailleurs été récupérés par les forces de l'ordre et analysés vendredi après-midi. Les cinq assaillants ont été identifiés, selon la police. Seules trois identités ont pour l'heure été révélée : il s'agit de jeunes Marocains âgés de 17, 18 et 24 ans qui étaient jusque-là recherchés. Parmi eux figurerait le frère d'un des suspects arrêtés.

Un homme de 22 ans toujours recherché

Après l'identification des trois Marocains tués, il reste un suspect en fuite. Un jeune homme de 22 ans. Selon plusieurs médias, il aurait notamment loué une kangoo blanche dont le signalement a été donné à la police française, au cas où il aurait franchi la frontière. Mais cela n'a pas été confirmé par les autorités.


Douze personnes au total auraient participé aux attentats. Trois autres personnes impliquées sont identifiées, mais n'ont pas été interpellées, selon l'AFP. La police pense que deux d'entre elles pourraient avoir trouvé la mort dans l'incendie d'une maison à Alcanar (sud de Barcelone), où le groupe confectionnait des engins explosifs. Il y a dans cette maison "des restes humains de deux personnes différentes, nous tentons de voir s'il s'agit de deux des trois personnes identifiées comme impliquées dans les attaques. Il nous resterait une troisième à trouver", a indiqué le porte-parole de la police catalane, Josep Lluís Trapero.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentats de Barcelone et Cambrils

Plus d'articles

Sur le même sujet