Au moins 19 morts dans plusieurs fusillades à Sao Paulo

International

BRÉSIL – Une série d'attaques menées jeudi soir dans la banlieue de Sao Paulo a fait au moins 19 morts et sept blessés. Des médias avancent un bilan de 23 morts.

La ville de Sao Paulo a été le lieu, jeudi soir, d'une série d'attaques particulièrement meurtrières. Selon les autorités, plusieurs fusillades ont éclaté donnant un bilan d'au moins "19 morts et sept blessés". Alexandre de Moraes, le secrétaire à la sécurité de la zone, a indiqué que ce chiffre était provisoire. Des médias locaux avancent déjà le chiffre de 23 personnes tuées.

Ces attaques ont eu lieu dans deux villes de la banlieue de Sao Paulo, la plus grande ville du Brésil avec 11 millions d'habitants. En à peine deux heures et demie, des coups de feu ont éclaté dans dix endroits différents. D'abord dans un bar de la ville d'Osasco puis les assaillants se sont déplacés dans un quartier voisin, Barueri, selon le site internet de G1 de Globo .

Les chaînes de télévision brésiliennes ont diffusé des images de ces attaques. On y voit des hommes cagoulés et armés pénétrer dans un bar et forcer les clients à se lever avant de les fusiller.

Des victimes avec un casier judiciaire

"C'est le plus grand massacre perpétré cette année", a affirmé le secrétaire à la sécurité de cette zonne, détaillant que 15 personnes avaient été tuées à Osasco, trois à Barueri et une à Itapevi. Selon les médias brésiliens, 13 des 15 victimes de la première attaque ont été identifiées. Il s'agit uniquement d'hommes âgés entre 16 et 41 ans. Cinq d'entre eux étaient connus des services de police pour des antécédents judiciaires. "Il n'y a aucune hypothèse qui est privilégiée pour le moment", a expliqué Alexandre de Moraes.

Ces attaques ont lieu après le meurtre d'un policier. "Nous n'avons pas écarté la thèse d'une participation des forces de l'ordre dans cette affaire", poursuit le responsable. De son côté, Jorge Lapas, le maire d'Osasco, a déclaré que le visionnage des images de vidéosurveillance avait "renforcé cette thèse". "Nous voulons prendre des mesures pour éviter que la situation n’empire au cours des prochains jours", a-t-il assuré.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter