Au Niger, des attaques terroristes depuis dix ans

Au Niger, des attaques terroristes depuis dix ans
International

RAPPEL - Plusieurs Français sont morts ce dimanche 9 août au Niger dans une attaque perpétrée dans la réserve animalière de Kouré. Elle rappelle que la menace terroriste reste élevée sur tout le territoire nigérien, et plus globalement au Sahel.

C’est à une centaine de kilomètres à l’est de Niamey, dans la région de Kouré, que huit personnes -six Français et deux Nigériens- ont été tuées ce dimanche 9 août 2020 par des hommes armés.  Il s'agit de la première attaque  - qui n'avait pas encore été revendiquée dimanche soir- contre des occidentaux dans cette zone depuis qu'elle est devenue une attraction touristique en raison de la présence de girafes, il y a une vingtaine d'années. Elle n'était donc pas encore classée en zone rouge.

Ces dernières années, le Niger a en revanche été victime de nombreux actes terroristes, notamment à l'encontre de Français. En 2011, Vincent Delory et Antoine de Léocour, deux jeunes de 25 dans, avaient été tués à l'issue d'une opération menée par la garde nationale nigérienne et coordonnée par des militaires français à la frontière du Mali pour les délivrer. Les deux hommes s'étaient retrouvés au Niger pour un heureux événement, le mariage d’Antoine. Mais le soir du 7 janvier, l’événement avait tourné à la tragédie. Un groupe armé avait pris en otages les deux hommes dans un bar populaire chez les expatriés de Niamey. 

La capitale du Niger, qui n’avait jamais connu d’enlèvement de ce type, était considérée jusque-là comme sûre. Le rapt n’a pas été revendiqué, mais les soupçons s’étaient portés sur Aqmi, Al-Qaïda au Maghreb islamique, la mouvance qui était responsable, quelques mois plus tôt, de l’enlèvement de sept otages, dont 5 Français, dans le nord du pays. Ils avaient été libérés seulement trois ans plus tard, en octobre 2013.

Lire aussi

Le Sahel , repaire de plus en plus vaste de djihadistes

Depuis, le Niger souffre d'une réputation sulfureuse, celle d'un Etat gangrené par des groupes islamistes, dans lequel les attentats meurtriers se sont multipliés, faisant des centaines de victimes, aussi bien dans la population civile qu'au sein de l'armée ou de la police. Trois groupes terroristes sont implantés dans la zone : Boko Haram, Aqmi et Daech.

Résultat : le Niger fait partie des pays listés par le Quai d’Orsay comme étant à risques élevés, en particulier en dehors de la capitale et près des frontières. À Niamey, appréciée des touristes adeptes des safaris, la vigilance est renforcée.

Une présence militaire importante

Le Niger accueille près de 1.500 ressortissants Français. Les autorités françaises leur recommandent de ne pas se déplacer de nuit entre les villes, de se montrer discrets sur les dates, horaires et conditions du déplacement et de circuler en convoi avec au minimum deux véhicules. 

Toute l'info sur

Des Français tués dans une attaque au Niger

Pour les experts, l'attaque survenue dimanche montre que la présence des quelque 5.000 militaires français au Sahel reste cruellement indispensable. Depuis 2013, l'armée française mène un combat de longue haleine contre le terrorisme dans la région. D’abord cantonnée au Mali avec l'opération Serval, elle intervient sur l’ensemble de la bande sahélo-saharienne, couvrant cinq pays, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Tchad, dans le cadre de Barkhane.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent