Au premier jour de son procès, El Chapo accuse deux présidents mexicains d’avoir touché des pots-de-vin

Au premier jour de son procès, El Chapo accuse deux présidents mexicains d’avoir touché des pots-de-vin

LA DÉFENSE ATTAQUE - Mardi, au premier jour du procès du baron de la drogue mexicain Joaquin "El Chapo" Guzman qui se tient à New York, la défense du prévenu est passée à l’offensive en accusant Enrique Pena Nieto et son prédécesseur d’avoir touché des pots-de-vin de la part du cartel… d’El Chapo.

Le procès d’El Chapo, qui devrait durer au moins quatre mois, a débuté tambour-battant mardi devant le tribunal fédéral de Brooklyn. Alors que le mafieux mexicain encourt la prison à perpétuité, ses conseillers ont porté de graves accusations à l’encontre du président mexicain et de son prédécesseur.

Pour Jeffrey Lichtman, l’avocat de l’ancien chef du cartel de Sinaloa pendant 25 ans, El Chapo est un "bouc émissaire" du gouvernement mexicain. "Pourquoi le gouvernement mexicain a-t-il besoin d'un bouc émissaire ?, a interrogé Lichtman. Parce qu'ils se font trop d'argent avec les pots-de-vin des barons des cartels." Président du Mexique de 2012 à 2018, Enrique Pena Nieto (il sera remplacé par Andrés Manuel Lopez Obrador) ainsi que celui auquel il a succédé, Felipe Calderon (président de 2006 à 2012), ont été directement visés par ces accusations.

Immédiatement, les deux hommes politiques ont démenti les accusations. "Le gouvernement de Enrique Peña Nieto a poursuivi, capturé et extradé le criminel Joaquin Guzman Loera, a réagi sur Twitter Eduardo Sanchez, le porte-parole de la présidence mexicaine. Les affirmations attribuées à son avocat sont complètement fausses et diffamatoires." Toujours sur Twitter, Felipe Calderon a quant à lui assuré lui-même sa défense : "Les déclarations de l'avocat de Joaquin Guzman, alias El Chapo, sont totalement fausses et irresponsables. Ni lui, ni le cartel de Sinaloa, ou tout autre cartel, ne m'ont versé de l'argent."

Alors que l’accusation - qui a décrit El Chapo comme un véritable "chef de gang" - a promis de fournir aux jurés des preuves de "ventes de drogue, d'assassinats, de corruption" dont le prévenu serait responsable, les procureurs américains ont aussi évoqué 154 tonnes de cocaïne expédiées par Joaquin Guzman aux Etats-Unis pendant toutes ses années à la tête du cartel de Sinaloa. Pour une valeur totale estimée à 14 milliards de dollars.

Lire aussi

Mardi, juste avant le début du procès, deux jurés se sont désistés. Une femme, qui a produit un certificat médical, et un homme, qui ne s'estimait pas en mesure de suivre l’ensemble des débats en raison de sa situation précaire (chômage). La semaine dernière déjà, avant la sélection des jurés, plusieurs d’entre eux s’étaient désistés par crainte de représailles des cartels.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait fuir des milliers d'habitants de Java paniqués

Saône-et-Loire : une adolescente meurt électrocutée avec le chargeur de son téléphone portable

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.