Australie : hachoir à viandre, gaz toxique... Les pistes sur lesquelles planchent la police après le projet d'attentat en vol avorté

Australie : hachoir à viandre, gaz toxique... Les pistes sur lesquelles planchent la police après le projet d'attentat en vol avorté

International
DirectLCI
TERRORISME - Deux jours après l'arrestation de quatre hommes, la police évoque plusieurs pistes. Gaz toxique ou hachoir à viande auraient notamment été envisagés.

Deux jours après l'arrestation de quatre hommes, des détails commencent à émerger sur le projet d'attentat déjoué en Australie. Selon les autorités, les individus voulaient en effet détruire un avion en vol. Selon la presse locale, plusieurs pistes étaient envisagées à cette fin. 

L'appareil dissimulé dans un hachoir à viande

D'après le Sydney Daily Telegraph, les quatre hommes - deux pères à la double nationalité australienne et libanaise et leurs fils - projetaient de placer une bombe artisanale dans des bagages en cabine à bord d'un avion reliant Sydney et une destination au Moyen-Orient. L'engin aurait été dissimulé dans une machine à hacher la viande, ajoute le journal. Le Sydney Morning Herald rapporte aussi que cette piste du hachoir à viande est examinée par les enquêteurs.

Du gaz toxique

De son côté, le journal The Australian, citant des sources multiples, explique que les suspects envisageaient de placer à bord de l'avion un engin "non traditionnel" capable de diffuser du gaz toxique. Toutes les personnes présentes auraient été immobilisées ou tuées, selon la même source.

Un projet "avancé"

Seule certitude : le projet d'attaque en était à un stade "avancé". C'est ce que le Premier ministre australien Malcolm Turnbull, se refusant néanmoins à tout commentaire sur les méthodes contradictoires évoquées par les médias qui auraient été envisagées. "Je dois respecter l'intégrité de l'enquête", a déclaré Malcolm Turnbull pour expliquer son refus de s'exprimer sur les pistes avancées par la presse. "Il y aura plus à dire dans les jours à venir", a-t-il déclaré, parlant de la "motivation terroriste extrémiste" des suspects.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter