Australie : un ministre s’excuse après avoir mis son chauffeur à disposition de ses chiens

International

CABOT – Un ministre australien a été contraint de s’excuser publiquement mercredi soir pour avoir demandé à son chauffeur de conduire ses deux Jack Russel entre Melbourne et sa maison de vacances. Un trajet de près de 100 km.

Face à la polémique, il a été forcé à s’excuser. Steve Herbert, ministre australien du gouvernement local de l’Etat de Victoria, a dû demander publiquement pardon mercredi soir pour avoir demandé à son chauffeur de conduire ses chiens, deux Jack Russel terriers, entre Melbourne et sa résidence secondaire de la très chic bourgade de Trentham, deux villes situées à quelque 100 kilomètres de distance. 

"Après réflexion, cette utilisation de la voiture ministérielle ne répond pas aux attentes de la communauté et j’en suis désolé", a déclaré le ministre, sans préciser le nombre de fois qu’il avait exigé pareille(s) "mission(s)" à son chauffeur, souligne le Herald Sun

Le Premier ministre minimise, l’opposition condamne

Le Premier ministre de l’Etat, Daniel Andrews, a exclu toute sanction envers Steve Hebert, estimant qu’il s’agissait là d’une "erreur de jugement" et que le fait d’avoir présenté ses excuses était largement suffisant. Une position qui n’est pas vraiment du goût des membres de l’opposition, pour qui cette affaire ne montre rien d’autre que la "crise" légale et morale de l’Etat de Victoria. 

Sérieusement, qui pourrait un jour penser qu’il est normal d’avoir ses animaux de compagnie conduits par un chauffeur aux frais du contribuable- Fiona Patten, dirigeante du Australian Sex Party

"Sérieusement, qui pourrait un jour penser qu’il est normal d’avoir ses animaux de compagnie conduits par un chauffeur aux frais du contribuable", s’est interrogée Fiona Patten, députée victorienne et dirigeante du Australian Sex Party (Parti australien du sexe). 

"Je travaille en étroite collaboration avec Steve Herbert et je sais que c’est un homme bien", poursuit-elle. "Mais il faut dire que cette affaire des chiens montre un sévère problème de jugement."

Lire aussi

    En vidéo

    Voyage en Australie : un monde de dépaysement

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter