Autriche : l'extrême droite entre au gouvernement et obtient trois ministères régaliens

Autriche : l'extrême droite entre au gouvernement et obtient trois ministères régaliens

International
DirectLCI
GOUVERNEMENT - Deux mois après les élections législatives, le jeune chancelier conservateur autrichien Sebastian Kurz a conclu un accord de gouvernement avec l'extrême droite. Cette dernière obtient trois gros ministères : l'Intérieur, la Défense et les Affaires étrangères.

L'extrême droite fait son entrée dans le gouvernement autrichien. Le chef des conservateurs autrichiens Sebastian Kurz et son partenaire du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) Heinz-Christian Strache ont présenté samedi matin leur accord de gouvernement au président de la République. Les deux dirigeants ont ensuite détaillé la composition de leur gouvernement et les principaux points de leur programme. Et c'est peu dire que l'extrême droite est bien servie : elle obtient en effet les ministères de l'Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères.


L'ÖVP a remporté les élections législatives du 15 octobre dernier avec 31,5% des voix après une campagne centrée sur la lutte contre l'immigration. Le FPÖ est arrivé troisième avec 26% des suffrages, juste derrière les sociaux-démocrates du chancelier sortant Christian Kern (27%).

Sebastian Kurz, chef de gouvernement le plus jeune d'Europe

En vidéo

Zoom sur l'extrême droite en Europe (4/4) : en Autriche, le FPÖ premier parti chez les jeunes

A la suite de la cérémonie d'investiture prévue lundi, le nouveau chancelier sera à 31 ans plus jeune dirigeant en exercice au monde, tandis que le FPÖ signera son retour au pouvoir près de 18 ans après y avoir été appelé par le conservateur Wolfgang Schüssel début 2000. 


Le FPÖ a de son côté notoirement adouci son discours anti-Union européenne ces dernières années et Sebastian Kurz s'est voulu plusieurs fois rassurant sur la tonalité pro-UE de son futur gouvernement.

Concessions sur les questions européennes

De source proche des négociations, on indique que le FPÖ, qui prône davantage de démocratie directe, a dû accepter d'exclure d'un éventuel référendum la question de l'appartenance de l'Autriche à l'UE. Kurz et Strache sont en revanche d'accord pour s'opposer à une plus grande intégration européenne, notamment sur les questions sociales.


Des manifestations contre l'extrême droite sont prévues lundi en marge de la cérémonie d'investiture du nouveau gouvernement.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter