Autriche : l'"Ibizagate" touche un collaborateur de l'ex-chancelier Kurz

International
AUTRICHE - Un collaborateur de l'ancien chancelier autrichien aurait fait disparaître des documents compromettants liés à l'"Ibizagate", le scandale qui a provoqué la chute du gouvernement de coalition en mai.

Un scandale national aux multiples rebondissements. La justice autrichienne enquête sur un collaborateur de l'ancien chancelier Sebastian Kurz, soupçonné d'avoir fait disparaître des documents qui pourraient être liés au scandale de l'"Ibizagate", qui a provoqué la chute du gouvernement de coalition en mai, ont annoncé les médias et un responsable.


L'enquête pourrait ternir l'image de Sebastian Kurz et de son parti conservateur (ÖVP), présenté pourtant dans les derniers sondages comme de nouveau favori avant les législatives de septembre, en dépit de ce scandale. Celui-ci avait provoqué l'explosion de la coalition droite/extrême droite en Autriche, après la diffusion par des médias allemands d'une vidéo tournée en caméra cachée en 2017 à Ibiza, dans laquelle le dirigeant nationaliste Heinz-Christian Strache, le vice-chancelier d'extrême droite, se montrait disposé à se compromettre avec un intermédiaire russe en échange de financements.

Les procureurs autrichiens s'intéressent à un collaborateur de Sebastian Kurz qui aurait procédé à la destruction d'un disque dur le 23 mai, quelques jours après les révélations de l'"Ibizagate" et juste avant un vote de défiance du parlement. Selon le journal Kurier de samedi, ce collaborateur, dont l'identité n'a pas été dévoilée, est soupçonné d'avoir détruit des éléments de preuve.


Des députés autrichiens ont demandé une enquête complète à ce sujet. L'ÖVP a répondu qu'il était normal de détruire des données personnelles et des documents non-officiels avant un changement de gouvernement, assurant que le collaborateur visé n'avait pas accès à des données sensibles. "Il s'agit là d'une procédure absolument normale", a assuré dimanche à  l'AFP un porte-parole de l'ÖVP.


Les spéculations vont bon train en Autriche sur une éventuelle implication de Sebastian Kurz dans l'affaire de l'"Ibizagate". L'ancien chancelier avait affirmé le mois dernier lors d'une conférence de presse que des courriels le liant au scandale étaient des faux. Il n'avait pas fourni de précisions sur la teneur de ces courriels.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter