Autriche : comment des pirates sont parvenus à bloquer l’accès aux chambres d’un hôtel de luxe

Autriche : comment des pirates sont parvenus à bloquer l’accès aux chambres d’un hôtel de luxe

RANSOMWARE - Un hôtel quatre étoiles niché au cœur des Alpes autrichiennes est la victime depuis plusieurs mois de hackers qui paralysent son système informatique pour demander une rançon. Les chambres de l’établissement ont même été bloquées.

Connaissez-vous le "ransomware" ?  Personne ne semble aujourd'hui en mesure d’échapper à cette demande de rançon numérique, nouvelle technique des cybercriminels. Selon le spécialiste en cyber-sécurité Karspersky, une entreprise en est victime toutes les 40 secondes.

Son principe est assez simple : des pirates bloquent tout un système informatique, volent des documents ou les cryptent, et promettent de tout remettre en service contre une somme d’argent.

Dernière victime en date après des entreprises, des universités ou encore des hôpitaux, un hôtel de luxe autrichien. Le Romantik Seehotel Jägerwirt fait ainsi face à de multiples attaques depuis plusieurs mois, rapporte ce mardi Le Figaro. "Nous avons été attaqués environ tous les deux mois depuis cet été," explique au quotidien français Christina Brandstätter, la propriétaire de l’établissement.

En vidéo

Cybercriminalité : la demande de rançon numérique fait des dégâts

Trois attaques en six mois... et des clients à la porte

L’hôtel 4 étoiles, situé sur les rives du lac Turrach, au cœur des Alpes autrichiennes, s’est ainsi retrouvé dans l’incapacité d’ouvrir les portes de ses chambres car le système piraté empêchait la création des cartes d’entrée. Le tout en pleine haute saison. Mais, précise la gérante, aucun client n’est resté enfermé dans sa chambre.

Pour se sortir de cette situation, les propriétaires ont accepté de payer les "2 bitcoins" réclamés (environ 1.700 euros). Ce qui ne les a pas empêchés de subir une troisième attaque en six mois le week-end dernier. Mais cette fois, sans succès.

Lire aussi

Le Romantik Seehotel Jägerwirt avait en effet prévu le coup, revoyant tout son système informatique en faisant appel à des sociétés de cyber-sécurité. Et les propriétaires envisagent de revenir aux clés traditionnelles lors de prochains travaux. Mais avant cela, ils ont voulu médiatiser leur histoire. "Nous l’avons rendue publique parce que nous avons beaucoup de collègues et d'autres entreprises qui ont subi ces cyberattaques", explique Cristoph Brandstätter. "Il n'y a malheureusement pas que notre hôtel."

En France, face aux cybermenaces, le gouvernement et l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (Anssi) ont créé un dispositif national d'assistance aux victimes d'actes de cybermalveillance. Sur le futur site Acyma (opérationnel dans deux mois), un questionnaire permettra d’établir un diagnostic de l’attaque pour faciliter un éventuel dépôt de plainte auprès des autorités. Des noms de sociétés de cyber-sécurité susceptibles de résoudre leurs problèmes pourront également être proposés aux victimes.

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Israël/Palestine : plus de 150 morts depuis la reprise des violences, l'essentiel à Gaza

Covid-19 : ces pays européens qui ont déjà assoupli les règles aux frontières pour les touristes

Que devient Abi Bernadoth, le gagnant de "The Voice" ?

Bigard, Lalanne et Chalençon, têtes de file d'une manifestation anti-masques à Lyon

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.