Autriche : à Vienne, des dizaines de milliers de manifestants contre les mesures anti-Covid

Autriche : à Vienne, des dizaines de milliers de manifestants contre les mesures anti-Covid

GROGNE - En Autriche, 40.000 manifestants, selon la police, ont protesté ce samedi dans le calme contre les mesures anti-Covid adoptées par le gouvernement. Au premier rang desquelles, un confinement de trois semaines pour tous dès lundi.

Pas de violence à Vienne, mais beaucoup de monde dans la rue. Plus de 35.000 personnes se sont réunies ce samedi dans la capitale autrichienne, à deux jours de l'entrée en vigueur d'un nouveau confinement jusqu'au 13 décembre. Une décision de dernier recours pour endiguer une nouvelle vague virulente de Covid-19, avec plus de 1000 cas pour 100.000 habitants, soit neuf fois plus qu'en France. Et ce, alors que le taux de vaccination se situe autour de 66% de la population, soit légèrement en deçà de la moyenne européenne.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

La foule, amassée à deux pas de l'ancien palais impérial de la Hofburg, agitait des banderoles dénonçant "fascisme", "tyrannie" et "corona-dictature" ou encore disant "non à la division de la société". Le tout sous haute surveillance de la police, qui a procédé à une dizaine d'interpellations. Hormis quelques fumigènes et des jets de canettes, la manifestation s'est, dans l'ensemble, déroulée dans le calme. 

Parmi ceux appelant à la "résistance", certains sont catégoriques : "Je ne me ferais pas vacciner quoiqu'il arrive. Je suis prêt à en subir toutes les conséquences", lance ainsi un manifestant dans le JT de 20H, à voir dans la vidéo en tête de cet article. "Je refuse totalement la vaccination, il faudrait qu'on m'attache pour m'imposer ça", lâche une autre manifestante. 

Ce rassemblement, organisé à l'appel du parti d'extrême droite FPÖ - même si son chef Herbert Kickl, testé positif au coronavirus, était absent - creuse un peu plus le fossé entre pro et anti-vaccin dans le pays. "Sincèrement, je les trouve un peu ridicule. Ils ont tous une opinion, mais ils ne se basent pas sur des preuves scientifiques. Si vous regardez d'autres pays où la vaccination est élevée, il n'y a pas de confinement là-bas", assène un jeune homme. 

Lire aussi

Dans les commerces, des réductions jusqu'à 50%

Dans une Europe redevenue l'épicentre de l'épidémie, l'Autriche est le premier pays à confiner à nouveau totalement sa population pour une durée de trois semaines. À compter de lundi, il ne sera plus possible de quitter son domicile sauf pour faire des courses, du sport ou pour des soins médicaux. Seules les écoles restent ouvertes. Malgré ses réticences initiales, le gouvernement va en outre préparer une loi pour imposer la vaccination de la population adulte au 1er février 2022.

Une situation forcément compliquée juste avant les fêtes de fin d'année pour tous les commerces non essentiels. Les Autrichiens ont donc décidé ce week-end d'anticiper leurs achats, alors que les magasins font des réductions jusqu'à 50% sur tous leurs articles pour essayer de sauver un peu leur chiffre d'affaires. Un choix fait parfois à contre cœur. "On a déjà eu 14 semaines de confinement en Autriche, 14 semaines sur 52, c'est énorme. Je suis une petite commerçante, je n'ai pas de boutique en ligne, qu'est-ce que je peux faire d'autres ?", s'interroge Anne-Marie Bernhart, gérante d'une boutique à Vienne.

En vidéo

L'Autriche annonce un confinement général

Ces nouvelles contraintes, parviendront-elles à convaincre les deux millions d'Autrichiens pas encore vaccinés ? Rien n'est moins sûr... Devant la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, transformée en centre de vaccination, plusieurs personnes viennent essentiellement pour leur troisième dose. Seuls quelques-uns sont venus faire leur première injection.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : Israël ferme ses frontières aux ressortissants étrangers

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

EN DIRECT - Migrants : il appartient au Royaume-Uni de gérer le contrôle de ses frontières, estime la Commission européenne

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.