Aux Etats-Unis, les délinquants sexuels n’ont pas le droit de fêter Halloween

International
INTERDICTION - Un homme condamné il y a 30 ans pour un crime sexuel, a reçu pour obligation d’afficher devant sa maison qu’il ne fête pas Halloween, afin d’éviter que des enfants ne viennent sonner à sa porte. Il poursuit la justice pour cette obligation.

Son avocate a indiqué à la cour que cela le mettrait en danger. Un Américain résidant en Californie, porte plainte contre la justice. La raison ? Le département correctionnel de l’État interdit aux délinquants sexuels de fêter Halloween, une fête où les enfants déguisés sonnent aux portes pour demander "des bonbons ou un sort". Pour éviter qu’il n’y ait un contact entre les hommes et les enfants, ils ont pour obligation d’afficher un panneau devant leur domicile qui mentionne : "Nous ne fêtons pas Halloween, merci de ne pas déranger".

L’association à but non lucratif qui défend les droits des délinquants sexuels, soutient ce père de famille condamné il y a trente ans, et considère que cette obligation va à l’encontre de ses droits. La plainte déposée précise également que cela nuit à sa famille, "alors qu’il n’a commis aucune infraction sexuelle depuis sa condamnation",  précise l’association au Mirror . L’homme est cependant en liberté conditionnelle, pour une infraction liée à la drogue.

"Opération Boo" le soir d’Halloween

L’avocate du père de famille, indique de son côté "que c’est une obligation alors qu’il n’y a pas de problème, aucun enfant n’ayant été agressé un soir d’Halloween". Pour elle, "cette affiche est une façon de cibler le domicile de cet homme, et de mettre ainsi toute sa famille en danger". Le département correctionnel de Californie n’a pas souhaité réagir face à cette plainte. Son porte-parole a cependant indiqué que sur les 1300 délinquants sexuels enregistrés dans l’état, 62 ont été arrêtés pour récidive. Dix ont été inculpés pour des crimes, "une raison qui prouve que ce programme est légitime", précise-t-il.

De ce fait, la justice insiste sur le bien-fondé de cette obligation de poser un panneau devant le domicile datant de 1993, et faisant partie d’une opération intitulée "Opération Boo", mise en place chaque année pour le 31 octobre. Le département "réfléchi même à mettre en place des centres transitoires avec couvre-feu, afin que certains délinquants ne soient pas dehors le soir d’Halloween."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter