Aux Etats-Unis, une association d'épileptiques attaquée à coups de tweets lumineux

Aux Etats-Unis, une association d'épileptiques attaquée à coups de tweets lumineux
International

TROLLS - L'Epilepsy Foundation a annoncé lundi 17 décembre avoir subi une cyberattaque sur son fil Twitter. L'objectif était de déclencher des crises chez les utilisateurs de Twitter, pendant le mois de sensibilisation à l'épilepsie.

La Fondation américaine de l'épilepsie a indiqué avoir déposé une plainte après une série d'attaques sur son fil Twitter à coups de messages clignotants destinés à provoquer des crises chez les personnes atteintes de la maladie.

Menées notamment au moyen de vidéos et gifs contenant des lumières stroboscopiques, ces attaques, a précisé lundi l'Epilepsy Foundation sur son site, ont "délibérément ciblé" le mois national de sensibilisation à l'épilepsie, en novembre, lorsque le nombre de malades susceptibles de consulter le compte était "le plus important". Cela met en avant leur "caractère répréhensible", dénonce dans le communiqué la représentante légale de l'association Allison Nichol. "La Fondation coopère pleinement avec les autorités et compte utiliser tous les moyens à sa disposition pour faire en sorte que les auteurs de ces actes en soient tenus responsables".

"Bien que le nombre de personnes atteintes d'épilepsie photosensible soit réduit, les conséquences peuvent être relativement graves", explique de son côté Jacqueline French, médecin en chef de l'association. "Beaucoup ne sont même pas conscientes de leur photosensibilité avant de faire une crise".

Une attaque similaire en 2016 contre un journaliste

L'Epilepsy Foundation souligne que ces attaques sont "similaires" à celle dont a été victime en 2016 un journaliste de Newsweek. Selon les enquêteurs, Kurt Eichenwald, qui souffre lui-même d'épilepsie, avait reçu sur son compte Twitter un message avec une lumière stroboscopique afin de le punir de ses critiques visant Donald Trump. 

Handicapé pendant plusieurs jours après sa crise, notamment pour parler ou se servir de sa main gauche, le journaliste avait indiqué avoir reçu dans les semaines ayant suivi l'incident une quarantaine d'autres messages lumineux. L'auteur de la première attaque, John Rayne Rivello, un ancien militaire, devait comparaître ce lundi devant un tribunal de Dallas, au Texas, mais son audience a été reportée au 31 janvier. Il devrait plaider coupable d'agression avec circonstances aggravantes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent