Avant même de poser le pied sur le sol anglais, Donald Trump insulte le maire de Londres, Sadiq Khan

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

TENSIONS - Quelques minutes avant qu'Air Force One ne se pose au Royaume-Uni, Donald Trump s'est fendu d'un tweet pour copieusement insulter le maire de Londres. Depuis l'entrée en fonction du milliardaire en 2017, les deux hommes échangent des amabilités via médias interposés.

Un début en fanfare. Voilà comment on peut résumer l'arrivée du président américain sur le sol britannique pour une visite d'état de trois jours. Donald Trump a traité le maire de Londres Sadiq Khan de "loser total", par le biais d'un tweet envoyé 

quelques minutes seulement avant qu'Air Force One ne pose ses roues sur le tarmac de l'aéroport de Stansted. 


"Sadiq Khan, qui a fait boulot exécrable en tant que maire de Londres, a fait des commentaires 'méchants'" "concernant la visite du président des Etats-Unis", a tweeté Trump, estimant que ce "loser total" ferait mieux de se concentrer sur la lutte contre la criminalité à Londres "et pas sur moi". 


Les "insultes puériles ne devraient être pas être du niveau du président des Etats-Unis", a riposté un porte-parole de Sadiq Khan.

Le président américain avait déjà attaqué à plusieurs reprises l'édile travailliste musulman via les réseaux sociaux, dénonçant son "travail désastreux sur le terrorisme".


Sadiq Khan, de son côté, condamne régulièrement les déclarations et le comportement du locataire de la Maison Blanche. Dimanche par exemple, il avait déclaré sur Sky News que le Royaume-Uni avait tort de "dérouler le tapis rouge" à Donald Trump et qualifié certaines politiques du président américain d'"odieuses" et "offensantes". Dans le journal The Observer, il avait aussi comparé certains des propos de Trump à ceux utilisés par des "fascistes du XXe siècle".


Le maire de Londres a prévenu qu'il ne participerait pas au banquet donné ce lundi soir donné par la reine Elizabeth II en l'honneur du dirigeant républicain, un dîner en grande pompe aussi boudé par le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn et le président de la Chambre des Communes, John Bercow.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter