Avec de simples e-mails, un homme  parvient à extorquer 100 millions de dollars à Facebook et Google

Avec de simples e-mails, un homme parvient à extorquer 100 millions de dollars à Facebook et Google

DirectLCI
ARNAQUE – Une enquête du magazine Fortune révèle comment, avec une simple ruse, un Lituanien a dérobé aux deux géants d’internet près de 100 millions de dollars.

Mercredi dernier, Facebook dévoilait son projet de parvenir à décoder les pensées de ses utilisateurs… Un symbole, parmi d’autres, de la course effrénée dans laquelle sont lancés les géants du Web pour nous convertir au tout internet. Il convient pourtant parfois, même pour eux, de revenir à une certaine simplicité. En effet, le magazine américain Fortune publie une enquête révélant comment le célèbre réseau social et Google se sont fait extorquer, entre 2013 et 2015, quelque 100 millions de dollars (près de 92 millions d'euros) par un homme seul, qui n’a rien d’un hacker.

"Toutes les entreprises, même les plus sophistiquées, peuvent toutes être les victimes de ce genre d'arnaque électronique"

De fait, Evaldas Rimasauskas, un Lituanien de 48 ans, n’a pas eu recours à des technologies de pointe… Mais à de simples e-mails. Avant cela, il a fondé, en Lettonie, une entreprise nommée Quanta, du même nom qu’un important partenaire financier taïwanais des deux entreprises phares de l’internet. Et puis il s’est fait passer pour un employé de Quanta, créant grossièrement de faux contrats, de faux bons d’achats et des lettres semblant avoir été signées de la main des dirigeants taïwanais. Les fonds des transactions ont enfin été versés sur des comptes bancaires également créés par ses soins. 

Google et Facebook ont confirmé la véracité de l'histoire, et précisé que l’argent perdu avait, depuis, été récupéré. "Cette affaire doit servir de signal d'alarme : toutes les entreprises, même les plus sophistiquées, peuvent toutes être les victimes de ce genre d'arnaque électronique", a, pour sa part, averti le département américain de la Justice dans son acte d'accusation contre Evaldas Rimasauskas. Lequel, après son arrestation le mois dernier, encourt désormais une peine de 20 ans de prison.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter