Vol de RyanAir intercepté : la Biélorussie affirme avoir agi dans la légalité

Vol de RyanAir intercepté : la Biélorussie affirme avoir agi dans la légalité

DIPLOMATIE - Après avoir intercepté dimanche un avion pour arrêter un opposant politique, Minsk a rejeté les accusations européennes, épaulé par son allié russe.

Après l'interception d'un vol commercial sous prétexte d'une alerte à la bombe et l'interpellation d'un journaliste pendant l'escale, le gouvernement biélorusse a assuré ce lundi 24 mai avoir agi en toute légalité et rejeté les condamnations européennes. "Il n'y a aucun doute que les actions de nos organes compétents étaient en conformité avec les règles internationales", a indiqué le ministère des Affaires étrangères, réfutant les "accusations sans fondement" de pays européens, qu'il accuse de "politiser" l'incident. Dans la foulée, Moscou s'est dit  "choqué" par les accusations occidentales contre la Biélorussie.

Toute l'info sur

Biélorussie : l'arrestation spectaculaire de l'opposant Roman Protassevitch

Un acte "inacceptable" pour Paris

Une réunion du Conseil européen doit se tenir ce lundi à propos de "possibles sanctions" contre la Biélorussie, en plus de celles le visant déjà et qui ont conduit son président Alexandre Loukachenko à se rapprocher davantage de son homologue russe Vladimir Poutine. Tandis que Dublin a accusé le régime de "piraterie", Paris a dénoncé un acte "inacceptable", réclamé une "réponse ferme et unie" de la part de l'Union européenne puis convoqué l'ambassadeur biélorusse. 

Le président Loukachenko, qui semble avoir ordonné l'interpellation du journaliste d'opposition Roman Protasevich, est souvent considéré comme le dernier dictateur d'Europe, son élection en 2020 étant considérée comme frauduleuse par l'UE. Sur son site, le ministère français des Affaires étrangères recommande d'ailleurs à ses ressortissants en visite en Biélorussie de "ne participer à aucun rassemblement à caractère politique, de ne manifester aucune hostilité à l’égard des forces de l’ordre ou de tout représentant de l’État". 

Lire aussi

Après son atterrissage en urgence à Minsk et l'arrestation de l'opposant Roman Protasevich, l'appareil a pu reprendre son vol à destination de Vilinus, en Lituanie. Les médias d'État en Biélorussie ont défendu de leur côté l'interception du vol, jugeant cette réaction normale du fait d'une "alerte à la bombe" à bord et présentant l'opposant comme un "extrémiste". Roman Protasevich risque la peine de mort, selon une cheffe de l'opposition Sviatlana Tsikhanouskaya. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

Variant Omicron : le vaccin favorise-t-il l'infection au Covid via des "anticorps facilitants" ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé le protocole sanitaire de la rentrée... depuis Ibiza

Un patient atteint de pneumothorax s'est-il vu refuser le droit d'être opéré parce qu'il était non-vacciné ?

Un étudiant britannique se retrouve seul à bord d'un vol entre le Royaume-Uni et la Floride

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.