Avion détourné vers Genève : le pirate était... le copilote

Avion détourné vers Genève : le pirate était... le copilote

DirectLCI
DETOURNEMENT - Un avion effectuant la liaison entre l'Ethiopie et l'Italie a été détourné lundi matin vers Genève. C'est le copilote de l'appareil lui-même qui a initié ce piratage, afin de demander l'asile politique à la Suisse.

C'est une manière spectaculaire de demander l'asile. Le pirate de l'air responsable du détournement d'un vol d'Ethiopian Airlines entre Addis-Abeba et Rome, qui a dû atterrir lundi matin à Genève, n'était ni plus ni moins que le copilote, ont indiqué les autorités suisses. L'homme voulait demander l'asile politique à l'Etat helvète, se disant "menacé" dans son pays. Sans que l'on en sache plus pour l'heure sur la nature de cette menace, ni sur la nationalité du pirate (éthiopienne ou, comme la majorité des demandeurs d'asile en Suisse, érythréenne ?).

L'appareil escorté par des avions de chasse

Pour mener à bien son projet, le copilote a tout simplement attendu que le commandant de bord s'absente pour aller aux toilettes. Il s'est alors enfermé dans le cockpit de l'avion, avant de déclencher lui-même l'alerte au détournement sur le transpondeur de l'appareil. La procédure permet au contrôle aérien d'identifier l'avion. Celui-ci a alors immédiatement été placé sous l'escorte de chasseurs Eurofighter, probablement de l'armée de l'air italienne.

Détourné de sa destination initiale, l'avion s'est posé à l'aéroport international de Genève. Là, le pirate a quitté le cockpit en utilisant une corde et s'est rendu à la police. Il doit désormais être interrogé et remis à la justice. Car, quelle qu'ait été sa motivation, "techniquement, son infraction est une prise d'otages, la peine correspondante pouvant aller jusqu'à vingt ans de privation de liberté", a indiqué un procureur de Genève, Olivier Jornot, lors d'un point de presse. En fait d'asile, le pirate pourrait donc se retrouver en prison.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter