Avion disparu d'AirAsia : les causes du drame en trois questions

International
AVIATION - Au lendemain de la disparition d'un Airbus de la compagnie d'AirAsia avec 162 personnes à bord, enquêteurs et experts accusent la mauvaise météo. Mais d'autres facteurs pourraient avoir entraîné la perte de l'avion.

Silence radio. L'Airbus A320-200 d'AirAsia et ses 162 occupants, mystérieusement disparus dimanche lors d'un vol entre la ville indonésienne de Surabaya et Singapour, n'ont pas refait surface. Les recherches menées lundi au large des côtes de l'Indonésie, où l'appareil s'est vraisemblablement abîmé, n'ont pas permis d'éclaircir les circonstances du drame. Voici ce que l'on en sait.

EN SAVOIR +
>>
AirAsia : l'avion disparu est probablement "au fond de la mer"
>> Le père du pilote avait déjà enterré son autre fils

L'orage a-t-il abîmé l'appareil ?

Enquêteurs et spécialistes en aéronautique se rejoignent sur un point : les mauvaises conditions météorologiques rencontrées en chemin par l'avion pourraient avoir provoqué sa chute en plein océan. L'agence indonésienne de météorologie et de climatologie (BMKG) est catégorique sur la présence de nuages menaçant, tôt dimanche, sur le tracé du vol QZ5801, rapporte le Jakarta Post .

Ces nuages sont d'ailleurs au centre du dernier échange entre le pilote de l'appareil et les aiguilleurs du ciel basés à Jakarta, en Indonésie. Dimanche à 6h12 heure locale, soit trente-six minutes après avoir décollé, celui-ci a demandé l'autorisation de prendre de l'altitude pour éviter une masse nuageuse. A cause de la présence d'autres avions dans le secteur, cette requête a été rejetée. Mais les contrôleurs aériens l'ont néanmoins autorisé à virer sur la gauche. A peine cinq minutes plus tard, à 6h16, l'avion disparaissait des écrans radars, au large des villes indonésiennes de Tanjung Pandan et Pontianak.

"Un nuage orageux peut causer de très gros dégâts à un appareil. La grêle peut le déformer, la foudre peut rompre les communications ou faire fondre la partie du fuselage protégeant les réservoirs de kérozène", observe Gérard Feldzer, ancien pilote de ligne et consultant en aéronautique, contacté par metronews. "De manière générale, les turbulences peuvent le faire partir en vrille. Et dans ce genre de situation, les pilotes ont autre chose à faire que d'envoyer des messages radios."

L'avion est-il monté trop haut ?

D'après un autre consultant interrogé par l'AFP, "il y a des indications que l'appareil a grimpé sans autorisation. Les pilotes auraient décidé de sauver l'appareil plutôt qu'attendre une autorisation" pour éviter les nuages. Cette hypothèse rappelle un autre accident célèbre, celui du vol Rio-Paris en juin 2009. L'enquête menée après le crash avait conclu que l'appareil était monté trop haut, provoquant le givrage des sondes de vitesse et la perte des données transmises.

A une telle hauteur, l'avion d'AirAsia a aussi pu se retrouver en position dite "tête d'épingle", comme l'estiment certains experts sur la foi des données radar. C'est-à-dire que la densité de l'air y rend précaire le maintien de son équilibre. "A ce moment, avec les turbulences, on est soit en sur-vitesse, soit en sous-vitesse", nous explique Gérard Feldzer.

EN SAVOIR + >> Crash du vol Rio-Paris : "l'accident aurait pu être évité"

L'Airbus a-t-il subi une avarie technique ?

Vu le peu d'éléments à disposition des enquêteurs, difficile d'écarter la piste d'un problème technique lié à l'appareil. Celui-ci avait 23.000 heures de vol au compteur, selon Airbus , et avait été contrôlé pour la dernière fois le 16 novembre .

"23.000 heures, c'est normal pour un avion récent", estime Gérard Feldzer. Selon lui, "on ne peut pas mettre en cause la machine dans cette affaire", vu les millions d'heures de vol réalisées sans gros pépin par les autres appareils du même modèle. Les recherches menées dans l'océan Indien permettront peut-être de retrouver les boites noires de l'avion, et de lever définitivement le voile sur ce qui a causé sa perte.

EN SAVOIR + >> AirAsia : un passager avait annulé son vol la veille, son père étant malade

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter